1ère Plateforme numérique internationale d'informations sur la Nouvelle-Calédonie
1ère Plateforme numériqueinternationale d'informationssur la Nouvelle-Calédonie

Nombre de visiteurs uniques sur le site depuis son lancement : 

Les radios préférées des Calédoniens.

Résultats du sondage TNS-NCI

Cette semaine, le Nouveau Journal de NCI rend public les résultats d’une étude réalisée par l’institut de sondage TNS sur les audiences moyennes des radios locales. Avec 25% de parts de marché, Océane FM est devenue la 1ère fréquence de Nouvelle-Calédonie. Cap sur les ondes!
A lire sur Calédosphère ici

Le Flash Info est mis à jour très régulièrement !

N'hésitez pas à consulter aussi la page Actualités du Caillou

Découvrez tous les services à votre disposition avec, depuis ou vers la Nouvelle-Calédonie

Première startup web d'informations et de promotion de la Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Calédonie, en France, et dans le Monde, de nombreux services (gratuits pour les particuliers) sont à votre disposition

Vous êtes bien sur www.la-nouvelle-caledonie.com 

  • Voir toutes les activités ici
  • Soutenez le projet ici

Zoom sur...

La Nouvelle-Calédonie a aussi sa Web TV !
Première Web TV privée calédonienne, NCI tient déjà une vraie place dans le paysage médiatique. 
A découvrir dès que possible !
Le site web : http://nci.nc/
 
+23
+26°
+21°
Nouméa
Vendredi, 05

En toute mobilité!

Retrouvez votre site Internet préféré www.la-nouvelle-caledonie.com sur vos smartphones, tablettes et autres outils de communications mobiles en flashant le QR Code ci-dessus 

Les Actualités du Caillou

International version: click on the flag below

Les actualités mises à jour régulièrement offrent un contenu divers et varié sur la Nouvelle-Calédonie, indépendant, différent, et sur des sujets touchants à tous les domaines, et avec des sources médias et géographiques changeantes fréquemment, afin d'offrir au lecteur une vision éclectique et non alignée.

  • Retrouvez également la page spéciale Facebook du site

Les dernières actualités de Nouvelle-Calédonie (mise à jour permanente en fonction de l'actualité)

Culture : Salon International du Livre Océanien à Poindimié en octobre

Mois d'Octobre 2015

 

CULTURE, PATRIMOINE ET HISTOIRE

 

Le Festival Femmes Punk, plébiscite pour les Arènes du Sud à Païta. 

A lire sur NC Presse ici

 

Le SILO a ouvert ses portes à Poindimié.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

50 ans: comment les jeunes perçoivent leur télévision calédonienne.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

COMMERCE, ECONOMIE ET INDUSTRIE

 

Journée de l'entreprise à Koné le 28 octobre.

A lire sur CCI de Nouvelle-Calédonie ici

 

Concerns in New Caledonia over nickel price.

Read on Radio New Zealand International here
 
La chute du nickel fissure le pacte économique en Nouvelle-Calédonie.
A lire sur Radio France International (RFI) here
 
Call for common New Caledonia nickel stance.
Read on Radio New Zealand International here
 

ENVIRONNEMENT & METEO

 

Feux de brousse: la Nouvelle-Calédonie en risque extrême!

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Méconnu et menacé, le dugong est surveillé de près en Nouvelle-Calédonie.

A lire sur Goodplanet Info ici

 

POLITIQUE & ADMINISTRATION

 

La possibilité de légiférer pour limiter les armes en Nouvelle-Calédonie, entérinée par le Parlement.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Pacifique Sud - Coopération Australie-France-Nouvelle-Zélande (Nouméa, 20-23 octobre 2015).

A lire sur France Diplomatie ici

 

SPORTS

 

Moneuro 2016, c'est aussi en Nouvelle-Calédonie que ça se passe !

A lire sur Fédération Française de Football (FFF) ici

 

Tour cycliste de Nouvelle-Calédonie : le sacre de Taruia Krainer.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Le calédonien, Nicolas Dion, ceinture nationale au Championnat de France de boxe des super-moyens.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

TOURISME ET DECOUVERTE

 

Le croisiériste P&O va doubler sa flotte d'ici 2 ans dans le Pacifique Sud.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

Visitez les médias calédoniens sur le Net !

Afin de suivre les actualités calédoniennes, vous pouvez également accéder directement aux principaux médias calédoniens, en cliquant ci-dessous sur celui ou ceux qui vous intéressent.

Bonne navigation! 

Les dernières actualités officielles du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (flux RSS)

Actualités Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Du sport pour… TOUS ! (Thu, 23 Jan 2020)
Financé principalement par le gouvernement, « Sport pour tous » vise à promouvoir l’activité physique pour lutter contre l’oisiveté des jeunes et prévenir leur basculement dans des comportements à risque. L’objectif est d’encourager la pratique sportive comme facteur de bien-être en particulier auprès des jeunes âgés entre 11 et 16 ans. Mis à disposition des communes Ce programme sur cinq ans réunit le gouvernement, l’Agence nationale du sport (État), les provinces et l’Union sportive de l’enseignement du premier degré (USEP-NC), avec une coordination provinciale opérée par deux groupements d’employeurs sport et loisirs (GESL) Sud et Nord. Recrutés par les GESL, les éducateurs sportifs sont mis à disposition des communes qui leur donnent accès aux équipements et fournissent le matériel. Ils ont pour mission d’encadrer, d’enseigner et d’animer des activités physiques auprès d’un large public sur les temps périscolaires et extra-scolaires. Ils sont enfin chargés de sensibiliser les jeunes en difficulté à la pratique d’un sport. Découvrir de nouvelles activités sportives L’activité des éducateurs est particulièrement visible durant la saison estivale et se caractérise au travers d’une offre élargie d’activités gratuites qui comprend notamment la découverte de nouvelles pratiques sportives (molkinn, kinball, fitness…) et l’organisation d’événements sportifs (tribaux, communaux, intergénérationnels…). « Les grandes vacances sont un moment très important pour nous, explique Christelle Thirion-Lacroix, coordinatrice du groupement d’employeurs sport et loisirs Nord, à cause de l’oisiveté et de la délinquance des jeunes. C’est une cible temporelle pour nos éducateurs qui proposent des animations régulières au village et en tribus la semaine, ainsi que des événements intergénérationnels le week-end. » Généraliser le dispositif à l’ensemble du territoire Du 4 janvier au 14 février 2020, diverses activités et animations gratuites sont proposées et encadrées par les éducateurs sportifs au sein de leur commune d’accueil. À l’heure actuelle, dix-sept éducateurs œuvrent sur le terrain à Yaté, l’Île des Pins, Païta, Mont-Dore, Dumbéa, Thio et Bourailpour la province Sud ; et à Canala, Kouaoua, Koumac, Kaala-Gomen, Ponérihouen, Poya, Poum et Koné pour la province Nord. Deux postes restent à pourvoir à Hienghène et Houailou. Ces emplois sont financés à hauteur 40 millions de francs par an par le gouvernement. Pour Sébastien Lemoine, coordonnateur des politiques de sécurité et de prévention de la délinquance au gouvernement, « les éducateurs sportifs ont déjà fait la preuve de leur nécessité et de leur efficacité. Il faut généraliser leur emploi sur tout le territoire. Et monter en puissance. »
>> Lire la suite

Des jeunes en TIG au centre Tjibaou (Wed, 22 Jan 2020)
Cinq conventions, et très prochainement une sixième, ont été signées pour les mineurs délinquants pris en charge par la direction de la Protection judiciaire de l’enfance et de la jeunesse (DPJEJ) de la Nouvelle-Calédonie. Didier Poidyaliwane, chargé de ce secteur au gouvernement s’en félicite : « Ce partenariat va permettre aux équipes de l’ADCK et de la DPJEJ de travailler ensemble, en concertation, sur l’accompagnement des mineurs en difficulté. » Pour le directeur de l’ADCK, cette collaboration coule de source. « La place du centre culturel Tjibaou est importante dans ce dispositif, cela fait partie de nos missions. Une grande partie de ces jeunes est d’origine kanak ou océanienne. Nous allons les accueillir pour réaliser des tâches citoyennes qui peuvent les aider à reconstruire leur identité bousculée par l’urbanité, ici, à Nouméa. Il s’agit de leur redonner des valeurs, de donner du sens à la sanction », explique Emmanuel Tjibaou. Un panel de mesures Concrètement, les jeunes pourront effectuer des travaux d’intérêt général (TIG), des mesures de réparation pénale, des travaux non rémunérés ou des stages de citoyenneté, au sein du centre culturel Tjibaou, encadrés par ses équipes et celles de la DPJEJ. Il est également prévu l’accueil, dans le cadre de projets définis, de mineurs incarcérés en aménagement de peine. Des agents de l’ADCK interviendront aussi selon un calendrier défini, au moins une fois par mois, au sein du quartier des mineurs du centre pénitentiaire de Nouméa. Rénovation de l’espace Mwâ Kââ L’un des premiers projets à voir le jour, alors que le centre culturel entre dans une grande phase de rénovation, pourrait concerner les cases de l’espace Mwâ Kââ. En particulier, leur couverture végétale qui doit être changée. « Sans faire monter les jeunes sur le toit !, lance Emmanuel Tjibaou. Mais presque 17 000 bottes de paille sont nécessaires rien que pour la grande case du Sud ». Avec toutes les activités que cela implique en amont et l’intervention de nombreuses personnes et associations. « C’est l’occasion de redonner une colonne vertébrale au jeune, afin qu’il retrouve sa place en réalisant quelque chose de positif pour sa tribu et son clan », souligne Jena Bouteille, directrice de la DPJEJ.   Le nouveau paillage des cases au Mwâ Kââ pourrait faire l’objet de TIG.     Un partenariat dans la continuité Depuis septembre 2019, sous l’impulsion de Didier Poidyaliwane, la DPJEJ a entrepris de rencontrer les acteurs des institutions coutumières, ce qui a conduit entre autres à formaliser le partenariat avec l’ADCK. Ce projet a été également inspiré par une mission du membre du gouvernement, en 2018 en Nouvelle-Zélande, afin d’étudier les solutions mises en place pour le peuple maori. Les échanges avec les autorités judiciaires et la dynamique de la réforme nationale de la justice ont ensuite « permis de faire bouger les choses », indique Didier Poidyaliwane. Dans le cadre du traitement de l’enfance délinquante, la DPJEJ développe régulièrement des partenariats avec le tissu associatif (Saint-Vincent-de-Paul, Croix Rouge…), les collectivités (communes, provinces…). Enfin, depuis 2017, Emmanuel Tjibaou intervient au quartier des mineurs du Camp-Est, notamment lors de séances ciné-débat basées sur le film du jeune réalisateur Nüné Luepack, Imulal, une terre, des racines et des rêves. En 2018, 31 mineurs ont participé à ces rencontres citoyennes.  
>> Lire la suite

Nouméa plage, c’est choc ! (Thu, 16 Jan 2020)
Rires, cris, joie et bonne humeur. Des dizaines d’enfants et d’adolescents, venus des quartiers de la ville et du grand Nouméa, s’éclatent dans l’eau et sur le sable au rythme de « Nouméa plage ». Cette initiative vise à créer et favoriser le lien social, prévenir et lutter contre l’oisiveté des jeunes pendant les vacances et promouvoir le sport, l’échange et la culture. Diabolos, cerfs-volants et quilles Pour cette 9e édition, la participation de la Nouvelle-Calédonie se traduit par le prêt de kits de beach-volley, l’acquisition de petits matériels ludiques (mini trampolines, tunnels, buts de football amovibles…) et de différents jeux de plein air (diabolos, cerfs-volants, boules, quilles…). Le tout pour un montant de 300 000 francs. Côté animations, la présence active des directions de la Sécurité civile et de la gestion des risques (DSCGR) et de la Jeunesse et des sports (DJS) ne passe pas inaperçue. Julien Payet pilote l’action des jeunes auxiliaires de sécurité civile sur le stand de la DSCGR. « Les auxiliaires sont des jeunes engagés sur tout le territoire, explique-t-il. Il s’agit d’un engagement citoyen et volontaire pour six mois. Nous profitons de cette opération pour faire de la prévention. Notre arme contre les calamités, c’est la parole. On fait le pari que les enfants seront nos partenaires de prévention en relayant dans la sphère familiale les informations acquises. Les enfants doivent devenir acteurs de leur propre sécurité. » Julien Payet, avec son équipe d’auxiliaires de sécurité civile en plein travail. Sensibilisation aux risques naturels Valérie, 25 ans, explique avec douceur à des gamins de dix ans comment naissent et se forment les vagues d’un tsunami. Il lui suffit d’un récipient en plastique rempli d’eau, d’une poignée de sable et de quelques… playmobils. Et le tour est joué ! « J’aime transmettre ce que j’apprends pendant les six mois de ma mission, avoue-t-elle. J’aime faire de la prévention de façon ludique dans les écoles. Je sensibilise les enfants aux risques naturels : tsunamis, feux de forêt, cyclones et tremblements de terre. » Prévoir le risque feu de forêt Juste à ses côtés, Jean-Christ, 26 ans, un grand gaillard qui tutoie les deux mètres, anime l’atelier « pliage de cocotte », où l’on découvre, sous chaque couleur Prévifeu (vert, jaune, orange, rouge), la prévision journalière du risque feu de forêt, instaurée durant la saison administrative des feux ainsi que tous les numéros d’urgence. « Je veux faire prendre conscience aux enfants des dangers, par exemple, de la saison cyclonique ou des feux de forêt. Et continuer plus tard cette expérience en intégrant le corps des sapeurs-pompiers », déclare-t-il en pliant délicatement une cocotte en papier. Autre innovation enfin cette année, une animation judo tous les matins, conduite par un éducateur sportif de la direction de la Jeunesse et des sports.   Activités proposées Moto-marine, bouée tractée, piscine avec toboggans, kayak, paddle, pyrogravure, volley, football, judo, VTT, cours de natation, jeu d’échecs géant, tir à la corde… Du mardi au vendredi, de 9 h à 16 h, jusqu’au 7 février, sur la plage du Kendu Beach. Au hit-parade des activités nautiques, la bouée tractée.   À l’atelier pyrogravure, une flèche faîtière en devenir…  
>> Lire la suite

Trois autorisations d’exportation de minerai de nickel (Wed, 15 Jan 2020)
NMC a reçu le feu vert de l’exécutif pour céder 800 000 tonnes humides de minerai à basse teneur en nickel à la société chinoise Yichuan, par l’intermédiaire de la société Posco, pour l’année 2020. Le gouvernement a également modifié l’autorisation délivrée en 2015 à NMC pour la cession de 3,8 millions de tonnes de minerai par an à la Société du Nickel de Nouvelle-Calédonie (SNNC). « La modification porte sur le type de minerai, a précisé le porte-parole du gouvernement Didier Poidyaliwane. L’autorisation accordée en 2015 qui ne concernait que les saprolites est étendue aux latérites. Les latérites pourront ainsi se substituer aux latérites dans la limite de 300 000 tonnes humides par an, jusqu’en 2037. » Le volume total autorisé reste de 3,8 millions de tonnes de minerai par an. Le gouvernement a enfin renouvelé l’autorisation délivrée à la SMGM de céder des produits miniers, via l’entreprise Mitsui, à la société japonaise Sumitomo. Cette autorisation est accordée pour dix ans et pour un tonnage annuel maximal de 575 000 tonnes humides de minerai.   En savoir plus La Chine est aujourd’hui le seul débouché pour les minerais de basse teneur en nickel non valorisables par les usines implantées en Nouvelle-Calédonie et par les autres clients (Japon et Corée du Sud). Fin 2017, la Société Minière du Sud Pacifique (SMSP) a signé un accord avec la société Yichuan au titre duquel la SMSP pourrait devenir actionnaire majoritaire en contrepartie d’un engagement d’alimenter annuellement l’usine à hauteur de 600 000 tonnes humides de minerai. L’objectif pour NMC étant de trouver des débouchés pour du minerai non valorisable sur le territoire ou dans l’usine de Gwangyang en Corée du Sud. Dans l’attente de l’examen par le gouvernement de l’accord finalisé, la NMC a été autorisée à exporter vers Yichuan 440 000 tonnes humides de minerai à basse teneur en nickel en 2018, puis 460 000 tonnes en 2019.
>> Lire la suite

Les produits à base de porc sous haute surveillance (Tue, 14 Jan 2020)
Cette épizootie, très contagieuse et fatale pour les porcs, entraîne des pertes économiques dramatiques pour les éleveurs ainsi que des restrictions commerciales drastiques. Le virus est extrêmement résistant dans les viandes et sous-produits porcins, la maladie se transmet donc souvent en raison de leur ingestion par d’autres porcs. L’Australie bientôt touchée ? Loin de s’atténuer, l’épidémie en cours depuis 2017 continue de toucher de plus en plus de pays asiatiques et se rapproche  dangereusement de la Nouvelle-Calédonie. « En outre, on craint que l’Australie ne soit touchée assez rapidement, a indiqué Didier Poidyaliwane, porte-parole du gouvernement. Ce qui justifie pleinement l’interdiction de produits importés. » De plus, du fait du statut sanitaire très favorable de la Nouvelle-Calédonie, les mesures de biosécurité au sein et entre les élevages porcins calédoniens (échanges d’animaux, circulation de véhicules et de personnes…) ne permettraient pas, aujourd’hui, de bloquer la propagation du virus s’il entrait sur le territoire. En particulier la distribution d’eaux grasses (déchets issus des restes de table) aux porcs, actuellement pratiquée par de nombreux détenteurs de ces animaux, présente un risque important et doit donc être évitée. Aucun danger pour l’homme Des sensibilisations auprès des éleveurs, des vétérinaires, des importateurs et des agents aux frontières ont déjà été menées en 2019 par le Service d'inspection vétérinaire alimentaire et phytosanitaire (SIVAP) et seront renouvelées cette année face à ce risque croissant. « Nous avons la chance de vivre dans un pays indemne de toute maladie, a poursuivi le membre de l’exécutif. Nous sommes globalement très bien protégés. C’est une chance qu’il faut préserver le mieux possible. » À noter par ailleurs, que l’importation de viandes et produits porcins destinés à la consommation humaine, lorsqu’ils ne sont pas traités thermiquement, est d’ores et déjà interdite en provenance des pays contaminés depuis les années 90, et que le virus ne présente aucun danger pour l'homme.   État des lieux Décrite initialement en Afrique (Kenya, 1921), la peste porcine africaine (PPA) est endémique en région sub-saharienne. Ses premières incursions en dehors de l’Afrique datent des années 60, en lien avec le développement du commerce international. En 2014, la peste porcine africaine est entrée dans l’Union européenne par la Pologne et les pays Baltes. Puis, l’infection a touché de nouveaux pays,  la Moldavie (2016), la Roumanie (2017), la  république Tchèque (2017) et, plus récemment, la Hongrie (avril 2018) et la Belgique (septembre 2018). Le continent asiatique est atteint en août 2018 avec la Chine, la Mongolie en janvier 2019, Taiwan et le Vietnam en février 2019.
>> Lire la suite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Guillaume Lefèvre - 2013/2014. - à Caroline, la femme de ma vie que j'aime tant.