1ère Plateforme numérique internationale d'informations sur la Nouvelle-Calédonie
1ère Plateforme numériqueinternationale d'informationssur la Nouvelle-Calédonie

Nombre de visiteurs uniques sur le site depuis son lancement : 

Les radios préférées des Calédoniens.

Résultats du sondage TNS-NCI

Cette semaine, le Nouveau Journal de NCI rend public les résultats d’une étude réalisée par l’institut de sondage TNS sur les audiences moyennes des radios locales. Avec 25% de parts de marché, Océane FM est devenue la 1ère fréquence de Nouvelle-Calédonie. Cap sur les ondes!
A lire sur Calédosphère ici

Le Flash Info est mis à jour très régulièrement !

N'hésitez pas à consulter aussi la page Actualités du Caillou

Découvrez tous les services à votre disposition avec, depuis ou vers la Nouvelle-Calédonie

Première startup web d'informations et de promotion de la Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Calédonie, en France, et dans le Monde, de nombreux services (gratuits pour les particuliers) sont à votre disposition

Vous êtes bien sur www.la-nouvelle-caledonie.com 

  • Voir toutes les activités ici
  • Soutenez le projet ici

Zoom sur...

La Nouvelle-Calédonie a aussi sa Web TV !
Première Web TV privée calédonienne, NCI tient déjà une vraie place dans le paysage médiatique. 
A découvrir dès que possible !
Le site web : http://nci.nc/
 
+23
+26°
+21°
Nouméa
Vendredi, 05

En toute mobilité!

Retrouvez votre site Internet préféré www.la-nouvelle-caledonie.com sur vos smartphones, tablettes et autres outils de communications mobiles en flashant le QR Code ci-dessus 

Les Actualités du Caillou

International version: click on the flag below

Les actualités mises à jour régulièrement offrent un contenu divers et varié sur la Nouvelle-Calédonie, indépendant, différent, et sur des sujets touchants à tous les domaines, et avec des sources médias et géographiques changeantes fréquemment, afin d'offrir au lecteur une vision éclectique et non alignée.

  • Retrouvez également la page spéciale Facebook du site

Les dernières actualités de Nouvelle-Calédonie (mise à jour permanente en fonction de l'actualité)

Culture : Salon International du Livre Océanien à Poindimié en octobre

Mois d'Octobre 2015

 

CULTURE, PATRIMOINE ET HISTOIRE

 

Le Festival Femmes Punk, plébiscite pour les Arènes du Sud à Païta. 

A lire sur NC Presse ici

 

Le SILO a ouvert ses portes à Poindimié.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

50 ans: comment les jeunes perçoivent leur télévision calédonienne.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

COMMERCE, ECONOMIE ET INDUSTRIE

 

Journée de l'entreprise à Koné le 28 octobre.

A lire sur CCI de Nouvelle-Calédonie ici

 

Concerns in New Caledonia over nickel price.

Read on Radio New Zealand International here
 
La chute du nickel fissure le pacte économique en Nouvelle-Calédonie.
A lire sur Radio France International (RFI) here
 
Call for common New Caledonia nickel stance.
Read on Radio New Zealand International here
 

ENVIRONNEMENT & METEO

 

Feux de brousse: la Nouvelle-Calédonie en risque extrême!

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Méconnu et menacé, le dugong est surveillé de près en Nouvelle-Calédonie.

A lire sur Goodplanet Info ici

 

POLITIQUE & ADMINISTRATION

 

La possibilité de légiférer pour limiter les armes en Nouvelle-Calédonie, entérinée par le Parlement.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Pacifique Sud - Coopération Australie-France-Nouvelle-Zélande (Nouméa, 20-23 octobre 2015).

A lire sur France Diplomatie ici

 

SPORTS

 

Moneuro 2016, c'est aussi en Nouvelle-Calédonie que ça se passe !

A lire sur Fédération Française de Football (FFF) ici

 

Tour cycliste de Nouvelle-Calédonie : le sacre de Taruia Krainer.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Le calédonien, Nicolas Dion, ceinture nationale au Championnat de France de boxe des super-moyens.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

TOURISME ET DECOUVERTE

 

Le croisiériste P&O va doubler sa flotte d'ici 2 ans dans le Pacifique Sud.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

Visitez les médias calédoniens sur le Net !

Afin de suivre les actualités calédoniennes, vous pouvez également accéder directement aux principaux médias calédoniens, en cliquant ci-dessous sur celui ou ceux qui vous intéressent.

Bonne navigation! 

Les dernières actualités officielles du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (flux RSS)

Actualités Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Le numérique au service de vos déplacements (Wed, 17 Apr 2019)
Quel est l'arrêt de bus le plus proche de ma position actuelle ? Quelle ligne emprunter pour me rendre à Bourail ? Quel itinéraire choisir pour aller à Lifou depuis Hienghène ? C’est à toutes ces questions que Këdia, qui signifie "le partage du savoir" en langue xârâcùù, entend répondre. Cette plateforme de mobilité consultable sur internet propose toutes les informations nécessaires (horaires, durées, itinéraires, infos trafic, etc.) pour composer son voyage, quel que soit le ou les modes de transport choisis : bus, avion, marche, vélo, bateau, voiture ou encore co-voiturage. « Këdia s’inscrit dans la démarche d’élaboration du Schéma global des transports et de la mobilité de la Nouvelle-Calédonie (SGTMNC), a expliqué Gibert Tyuienon lors du lancement officiel du site. C’est un outil au service de tous, facile à utiliser et très précis car il s’appuie sur les cartographies de la DITTT. » Entouré des partenaires du projet, Gilbert Tuyienon a présenté Këdia à la presse, mardi 16 avril au gouvernement.   Partager pour mieux se déplacer Onze partenaires se sont associés à cet immense chantier lancé en 2012 et piloté par DITTT. Et tous se félicitent de l’aboutissement de ce projet de longue haleine. Samuel Hnepeune qui préside la compagnie Air Calédonie a partagé son « immense satisfaction », le responsable du Betico a souligné « l’importance de cet outil pour accompagner le développement touristique » et celui du SMTU a salué « la belle qualité de service » de la plateforme. Et si pour l’heure, le site ne propose que des informations pratiques, à terme, il permettra aux usagers de réserver et de payer en ligne leurs transports grâce à un ticket unique. À la clé, un seul paiement pour l’ensemble de l’itinéraire retenu. « Le fin du fin et l’objectif ultime de Këdia », a souligné Gilbert Tyuienon à propos de ce développement prévu pour 2020. De nouveaux services en prévision D’ici là, d’autres évolutions viendront compléter la plateforme : le Néobus dans quelques mois, les réseaux Ieneic et Seabreeze (liaisons maritimes Lifou-Tiga et Koumac-Poum-Belep), mais aussi les transports touristiques, tels que les navettes vers les îlots ou encore les taxis. À noter que les applications pour smartphones IOS et Android seront téléchargeables gratuitement d’ici à la fin du mois d’avril et qu’une version en langue japonaise – l’anglais est déjà proposé – est également en cours de production. * Direction des Infrastructures, de la topographie et des transports terrestres.   Les partenaires de Këdia Le syndicat mixte des transports interurbains (SMTI) Le réseau d’autocars interurbains (Raï) Le Syndicat mixte des transports urbains (SMTU) Carsud Le Betico La Chambre de commerce et d’industrie de Nouvelle-Calédonie Aircalin Air Loyauté Air Calédonie Covoiturage.nc Un outil d’aide à la modernisation du réseau En digitalisant toutes les offres de déplacement et en mesurant les flux de passagers, Këdia offrira aux opérateurs et aux acteurs du déplacement un outil d'aide à l'optimisation et à la coordination de leurs réseaux permettant d'améliorer l'offre de transport aux usagers. Encourager l’éco-mobilité En proposant des itinéraires à vélo, en co-voiturage et en bus, Këdia entend aussi inciter les Calédoniens – qui ont recours massivement à l’usage de la voiture – à opter pour d’autres modes de déplacement, moins coûteux et plus respectueux de l’environnement. En ce sens, le bilan carbone de chaque itinéraire est calculé par le site.      
>> Lire la suite

Feu vert pour les exportations de la SLN (Tue, 16 Apr 2019)
Cette décision répond à la demande de la SLN, en date du 27 février, qui a fait l’objet d’un avis favorable lors du dernier Comité du commerce extérieur minier (CCEM).  Le gouvernement a décidé, sous la forme d’un arrêté unique adopté le 16 avril, de l’autoriser à céder, pour une durée de 10 ans, 4 millions de tonnes par an de minerai dont les teneurs sont inférieures ou égales à 2 % en nickel, vers les métallurgistes japonais Pamco et Nipon Yakin (1 million de tonnes), ainsi qu’à destination de métallurgistes chinois via la société Eramet. « Par ailleurs, l’arrêté prévoit que la SLN puisse céder du minerai basse teneur à NMC auquel cas ces quantités seraient décomptées de l’autorisation d’exportation qui vient de lui être délivrée », précise Nicolas Metzdorf, porte-parole du gouvernement. Ce minerai alimentera l’usine de Gwangyang en Corée du Sud détenue à 51 % par la Société minière du Sud Pacifique (SMSP). Échéancier L’exécutif a également acté l’échéancier suivant pour la SLN : l’autorisation d’exporter 2 millions de tonnes en 2019, puis 3 en 2020 pour atteindre 4 millions à partir de 2021. Pour accompagner cette montée en puissance, la filiale d’Eramet devra créer près de 180 emplois d’ici à fin 2020 (conducteurs d’engins, encadrement minier : planification, maintenance...). Elle devra également engager des investissements estimés à 5 milliards de francs pour le traitement, l’évacuation et le chargement du minerai afin de permettre l’accueil de plus gros minéraliers. Au plus tard en janvier 2020, la SLN devra remettre un rapport au gouvernement démontrant les investissements réalisés et les accroissements de capacité d’export correspondants, les recrutements opérés dans le cadre de ses exports ainsi que les synergies mises en œuvre avec les autres opérateurs calédoniens en termes d’échanges de minerai, et en particulier, pour l’alimentation de l’usine de Gwangyang. « Le gouvernement a clairement pris en compte les besoins de la SLN », souligne Nicolas Metzdorf. L’exportation de minerai non transformé constitue l’un des trois axes du plan de sauvegarde qui doit permettre une remise en compétitivité de la société, les deux autres étant l’augmentation de la productivité au niveau des mines et une amélioration de la performance de l’usine de Doniambo. Une nouvelle autorisation pour la NMC Le 16 avril, le gouvernement a également accédé à la demande de NMC de céder jusqu’au 31 décembre 2019, pour le compte de la SMSP, ses minerais à basse teneur au bénéfice de la société chinoise Yangzhou Yichuan Nickel Industry, en utilisant les services de la société Posco en Corée. L’autorisation porte sur un tonnage maximum de 460 000 tonnes de minerai à teneur en nickel comprise entre 1,5 % et 1,8 % et provenant de l’un des cinq centres miniers de la NMC (Ouaco, Poya, Kouaoua, Nakety ou N’Go). Par arrêté du 19 mars 2018, le gouvernement avait déjà autorisé la société NMC à céder 440 000 tonnes de minerai basse teneur à Yichuan. Deux cargaisons ont déjà été expédiées pour un total d’un peu plus de 180 000 tonnes.    
>> Lire la suite

Un bol d’air pour les commerçants des îles (Tue, 16 Apr 2019)
Depuis 2012, les commerces des îles bénéficient d’une disposition particulière qui les autorise à compenser le coût du transport maritime sur les produits de première nécessité par une majoration des prix TTC des marchandises. Lors du passage à la TGC et de la mise en place de la réglementation des prix, cette majoration a été élargie à l’ensemble des produits, avec deux taux applicables : 11 % pour les produits secs et 14 % pour le frais ou le surgelé. Toutefois, six mois après cette extension, les données comptables des commerces des îles révèlent que les taux sont devenus insuffisants pour couvrir les frais de transport qui ont augmenté à deux reprises, en 2018 puis en 2019. Retrouver une rentabilité suffisante « Les commerces des îles rencontrent de réelles difficultés et leur pérennité est menacée », indique Nicolas Metzdorf, porte-parole du gouvernement. Face à ce constat étayé par une analyse menée par la direction des Affaires économiques, le gouvernement a décidé de « desserrer la réglementation des prix dans les îles, afin de permettre aux commerces de maintenir leur activité », indique Nicolas Metzdorf. Les taux de majoration passent ainsi de 11 à 14 % pour les produits alimentaires secs et les produits de première nécessité, et de 14 à 17 % pour les produits frais et surgelés.
>> Lire la suite

Tout savoir sur la réforme des marchés publics (Tue, 16 Apr 2019)
Adoptée par les élus du Congrès le 20 mars 2019, la délibération n°424 sur la réglementation des marchés publics remplacera, au 1er janvier 2020, l’actuelle délibération n°136 du 1er mars 1967. De quoi laisser du temps aux maîtres d’ouvrage – les collectivités – et aux entreprises de se familiariser avec ces nouvelles dispositions. Cette échéance va aussi permettre à la direction des Achats, du patrimoine et des moyens (DAPM) de la Nouvelle-Calédonie, qui a porté cette réforme, d’accompagner les différents publics à travers plusieurs actions. Efficacité et simplification La réunion d’information destinée aux entreprises qui s’est tenue le 15 avril au Centre administratif de la province Sud en est un exemple. Sur un format d’une heure environ, l’objectif était de « délivrer l’information la plus concrète et claire possible sur les nouvelles dispositions », a rappelé Camille Kupisz. Le directeur de la DAPM a également incité l’auditoire à poser des questions et à émettre des remarques sur ce « texte qui ne bouleverse pas l’ancienne délibération dans sa forme, mais dont les modifications visent à rendre plus efficace, à simplifier et à faciliter l’accès à la commande publique, en particulier aux petites et moyennes entreprises ».   Une réglementation adaptée Et les professionnels présents ont bien joué le jeu. Après la présentation de la délibération menée par plusieurs agents du service achats et marchés de la DAPM, un temps de questions-réponses a suivi entre les intervenants et le public, notamment sur la possibilité de réserver jusqu’à 30 % des prestations d’une opération à des entreprises de moins de quinze salariés. « Cette présentation m’a permis de m’informer sur certains points de la réglementation », note Agnès Jezequel, architecte, qui n’avait pas participé aux réunions de travail organisées par le gouvernement dans le cadre de cette réforme. « Ce nouveau texte prend bien en compte l’évolution des chantiers où nous intervenons qui comportent beaucoup de rénovation, plus compliquée à mener. » Guillaume Dubreuil, président de la chambre syndicale des bureaux d’études, espère surtout que ces nouvelles règles vont « simplifier tous les rouages des marchés publics » et attend avec impatience l’arrivée d’un autre texte concernant uniquement la maîtrise d’œuvre, actuellement en concertation.   Autres outils d’information D’ici au mois d’août, la DAPM prévoit la parution d’un guide des marchés publics qui sera disponible en téléchargement sur le site www.marchespublics.nc, ainsi que des séminaires d’appropriation de la nouvelle réglementation durant les mois de septembre et d’octobre. « Il y aura au moins sept sessions d’une journée par types d’utilisateurs : maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises  », précise Camille Kupisz. Ces dernières pourront aussi trouver toutes les informations nécessaires auprès des chambres consulaires. Se former aux marchés publics en ligne Le gouvernement s’est associé à la CCI pour proposer aux entrepreneurs une formation gratuite à la plate-forme marchespublics.nc, qui met à disposition en ligne les consultations et les appels d’offre de l’ensemble des collectivités depuis 2016. À l’issue de cette formation d’une demi-journée, dispensée par la CCI à Nouméa, les participants sauront notamment utiliser les fonctionnalités de recherche et d’alerte sur des marchés ciblés, télécharger le dossier de consultation des entreprises, déposer une offre, manier le certificat de signature électronique, répondre à un appel d’offre dématérialisé et les envoyer via une plate-forme.  Une session, prévue pour 12 personnes, est organisée chaque mois jusqu’à la fin 2019. Renseignements et inscription : www.cci.nc  
>> Lire la suite

Nouvel accord aérien avec le Vanuatu (Mon, 15 Apr 2019)
Arrivé la veille à Port Vila, le président du gouvernement Philippe Germain coprésidait pour la quatrième fois la commission mixte qui se tient annuellement dans le cadre de la convention de coopération entre la France, la Nouvelle-Calédonie et le Vanuatu. Cette année encore, conformément aux vœux exprimés par nos voisins, les aides allouées serviront à soutenir exclusivement des projets dans les secteurs de l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche, la formation et la francophonie. Ainsi, près de 38 millions de francs, financés à hauteur de 16,7 millions de francs par le Fonds Pacifique et 20,9 millions de francs par la Nouvelle-Calédonie, ont été répartis entre treize projets (lire l’encadré). La délégation calédonienne lors de la commission mixte.   Tripler les capacités du trafic « Dès mon arrivée au gouvernement, j’ai voulu que cet organe ne soit plus seulement l’entité chargée de valider une liste de projets de coopération, mais qu’il devienne un véritable lieu d’échange et de partage de nos visions de notre intégration commune dans la région. Je crois que nous y sommes parvenus », s’est félicité Philippe Germain. Après un bilan des actions qui se sont nettement accélérées depuis la mise en œuvre en 2017 d’un cadre conjoint de coopération entre les deux pays, un accord aérien ambitieux a été signé. Ses principaux apports ? La possibilité de passer, d'ici à 2022, de 300 passagers en moyenne à 950 par semaine – soit de tripler les capacités actuelles – et d’ouvrir les liaisons avec tous les aéroports internationaux du Vanuatu et de la Nouvelle-Calédonie. « L’accroissement du trafic aérien qui découlera de ce nouvel accord s’inscrit parfaitement dans la dynamique que nous portons ensemble pour renforcer nos relations humaines et économiques », a souligné le président du gouvernement. Reste désormais aux compagnies aériennes d’adapter leurs programmes de vols pour donner corps à cette entente. Quant aux nouvelles destinations, même si rien n’est encore arrêté, elles ouvrent la possibilité de relier Lifou avec le Vanuatu, à la demande de la province des Îles et en accord avec les autorités vanuataises.  Ce déplacement, auquel des acteurs économiques calédoniens ont pris part, a aussi servi à apporter les derniers ajustements à l’accord commercial bilatéral qui sera signé prochainement entre les deux pays. Quelques projets retenus Près d’un quart de l’enveloppe a été attribué au financement de bourses d’études au profit d’étudiants vanuatais qui suivent un master ou un doctorat en langue française dans leur pays. Seront également soutenus l’équipement de plusieurs laboratoires de sciences au sein de la nouvelle université nationale, de collèges et de lycées, ainsi que des projets qui contribuent au renforcement du bilinguisme, à la réussite en milieu universitaire, à la coopération audiovisuelle ou encore aux échanges culturels entre nos deux pays. Les Forces armées de Nouvelle-Calédonie ont à nouveau reçu une aide pour rénover un groupe scolaire situé dans une communauté isolée de l’archipel. La délégation calédonienne a visité le site de la future université nationale bilingue du Vanuatu, en partie financée par l’AFD et la Nouvelle-Calédonie.                
>> Lire la suite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Guillaume Lefèvre - 2013/2014. - à Caroline, la femme de ma vie que j'aime tant.