1ère Plateforme numérique internationale d'informations sur la Nouvelle-Calédonie
1ère Plateforme numériqueinternationale d'informationssur la Nouvelle-Calédonie

Nombre de visiteurs uniques sur le site depuis son lancement : 

Les radios préférées des Calédoniens.

Résultats du sondage TNS-NCI

Cette semaine, le Nouveau Journal de NCI rend public les résultats d’une étude réalisée par l’institut de sondage TNS sur les audiences moyennes des radios locales. Avec 25% de parts de marché, Océane FM est devenue la 1ère fréquence de Nouvelle-Calédonie. Cap sur les ondes!
A lire sur Calédosphère ici

Le Flash Info est mis à jour très régulièrement !

N'hésitez pas à consulter aussi la page Actualités du Caillou

Découvrez tous les services à votre disposition avec, depuis ou vers la Nouvelle-Calédonie

Première startup web d'informations et de promotion de la Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Calédonie, en France, et dans le Monde, de nombreux services (gratuits pour les particuliers) sont à votre disposition

Vous êtes bien sur www.la-nouvelle-caledonie.com 

  • Voir toutes les activités ici
  • Soutenez le projet ici

Zoom sur...

La Nouvelle-Calédonie a aussi sa Web TV !
Première Web TV privée calédonienne, NCI tient déjà une vraie place dans le paysage médiatique. 
A découvrir dès que possible !
Le site web : http://nci.nc/
 
+23
+26°
+21°
Nouméa
Vendredi, 05

En toute mobilité!

Retrouvez votre site Internet préféré www.la-nouvelle-caledonie.com sur vos smartphones, tablettes et autres outils de communications mobiles en flashant le QR Code ci-dessus 

Les Actualités du Caillou

International version: click on the flag below

Les actualités mises à jour régulièrement offrent un contenu divers et varié sur la Nouvelle-Calédonie, indépendant, différent, et sur des sujets touchants à tous les domaines, et avec des sources médias et géographiques changeantes fréquemment, afin d'offrir au lecteur une vision éclectique et non alignée.

  • Retrouvez également la page spéciale Facebook du site

Les dernières actualités de Nouvelle-Calédonie (mise à jour permanente en fonction de l'actualité)

Culture : Salon International du Livre Océanien à Poindimié en octobre

Mois d'Octobre 2015

 

CULTURE, PATRIMOINE ET HISTOIRE

 

Le Festival Femmes Punk, plébiscite pour les Arènes du Sud à Païta. 

A lire sur NC Presse ici

 

Le SILO a ouvert ses portes à Poindimié.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

50 ans: comment les jeunes perçoivent leur télévision calédonienne.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

COMMERCE, ECONOMIE ET INDUSTRIE

 

Journée de l'entreprise à Koné le 28 octobre.

A lire sur CCI de Nouvelle-Calédonie ici

 

Concerns in New Caledonia over nickel price.

Read on Radio New Zealand International here
 
La chute du nickel fissure le pacte économique en Nouvelle-Calédonie.
A lire sur Radio France International (RFI) here
 
Call for common New Caledonia nickel stance.
Read on Radio New Zealand International here
 

ENVIRONNEMENT & METEO

 

Feux de brousse: la Nouvelle-Calédonie en risque extrême!

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Méconnu et menacé, le dugong est surveillé de près en Nouvelle-Calédonie.

A lire sur Goodplanet Info ici

 

POLITIQUE & ADMINISTRATION

 

La possibilité de légiférer pour limiter les armes en Nouvelle-Calédonie, entérinée par le Parlement.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Pacifique Sud - Coopération Australie-France-Nouvelle-Zélande (Nouméa, 20-23 octobre 2015).

A lire sur France Diplomatie ici

 

SPORTS

 

Moneuro 2016, c'est aussi en Nouvelle-Calédonie que ça se passe !

A lire sur Fédération Française de Football (FFF) ici

 

Tour cycliste de Nouvelle-Calédonie : le sacre de Taruia Krainer.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Le calédonien, Nicolas Dion, ceinture nationale au Championnat de France de boxe des super-moyens.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

TOURISME ET DECOUVERTE

 

Le croisiériste P&O va doubler sa flotte d'ici 2 ans dans le Pacifique Sud.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

Visitez les médias calédoniens sur le Net !

Afin de suivre les actualités calédoniennes, vous pouvez également accéder directement aux principaux médias calédoniens, en cliquant ci-dessous sur celui ou ceux qui vous intéressent.

Bonne navigation! 

Les dernières actualités officielles du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (flux RSS)

Actualités Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Les métiers de la mer déclinés au féminin (Fri, 10 Jul 2020)
Éveiller aux attraits de la mer et promouvoir la mixité des professions auprès des jeunes, et notamment des filles, tels étaient les objectifs de la rencontre qui s’est déroulée jeudi 9 juillet au lycée Blaise-Pascal. Sur l’estrade de l’auditorium, onze professionnelles du secteur maritime. Directrice d’un armement de pêche, capitaine de navire, ingénieure en aquaculture ou encore chercheuse en biologie marine, toutes étaient présentes pour témoigner de leur parcours et « donner du courage, car il faut aller au bout de ses rêves », a lancé l’une d’elles.   Promouvoir la mixité….   Organisé par le comité 3E, en lien avec le cluster maritime, l’opération visait à « lutter contre les stéréotypes – les filles font la cuisine, les garçons bricolent, etc., a expliqué Jean-Paul Aygalenq, inspecteur en charge de l’information et de l’orientation au vice-rectorat. Ils restreignent et désavantagent les filles dans leurs parcours, alors que tous les métiers sont accessibles aux uns comme aux autres ». Et quel plus bel exemple pour briser ces clichés que le secteur maritime dans lequel les hommes sont largement plus représentés que les femmes, mais aussi où « les métiers d’avenir sont nombreux, a souligné le président du CMNC, Philippe Darrason. J’espère que les témoignages de ces "femmes de la mer" traceront le sillage de vos futures vocations dans le domaine maritime ».   … et faire découvrir les métiers de la mer   Pour Isabelle Champmoreau, en charge de l’enseignement au gouvernement, « instaurer l’égalité entre les  filles et les garçons dès leur plus jeune âge permet de préparer un avenir serein fait de relations personnelles et professionnelles équilibrées et respectueuses ». Cette rencontre « innovante » avec des femmes aux « parcours exceptionnels », a-t-elle poursuivi à l’adresse des collégiens et lycéens, « doit vous aider à considérer la mer d’une autre façon, car il n’y a pas de secteurs réservés aux hommes, ni de métiers dédiés aux femmes. »   « La mer fait partie de notre quotidien, mais elle est aussi génératrice de métiers porteurs », a souligné Isabelle Champmoreau.   Le succès d’une démarche égalitaire La prise en compte de l’égalité entre les filles et les garçons s’inscrit dans le projet éducatif calédonien. Il a conduit à la création, en 2015, d’un comité unique à la Nouvelle-Calédonie, qui mêle des membres de la communauté éducative et de la société civile. Ce comité pour l’Éducation à l’Égalité à l’École, ou comité 3E, est coprésidé par Isabelle Champmoreau et Érick Roser, vice-recteur, directeur général des enseignements. Il fait vivre ce principe dans les écoles, notamment en déconstruisant les stéréotypes, en éliminant les discriminations sexistes, en renforçant l’éducation au respect mutuel et en encourageant la mixité des filières de formation. Aujourd’hui, 40 % des établissements sont engagés dans cette démarche depuis au moins deux ans. À ce titre, le label 3E leur a été décerné par le vice-rectorat. D’autres établissements inscrits dans la démarche devraient être labellisés dans les prochains mois.     Des profils inspirants De gauche à droite sur la photo : Nelly Wabete, cadre de recherche en aquaculture à l’IFREMER : « À force de volonté et de travail, on peut atteindre son rêve. » Valérie Vattier, directrice du musée maritime de Nouvelle-Calédonie : « Parce que nous sommes des femmes, on attend de nous qu’on fasse nos preuves. » Solène Derville, chercheuse en biologie marine à l’IRD : « J’ai pu faire de ma passion mon métier. C’est ce que je souhaite à vous toutes et tous, surtout ne vous limitez pas. » Delphine Mallet, créatrice et responsable de la start-up Visioon : « Il n’y a pas de règles, on peut faire tout ce qu’on veut si on se donne les moyens d’y parvenir. » Céline Delpech, directrice des ressources humaines chez Cotransmine : « Quel que soit le secteur, la présence de femmes dans les entreprises est nécessaire pour maintenir l’équilibre. » Céline Pousse, directrice adjointe du laboratoire AEL : « J’ai un parcours atypique qui montre que lorsqu’on aime son travail, on peut faire sa place. » Marianne Dupuy Guilloux, juriste à l’Université de la Nouvelle-Calédonie : « Avec quatre enfants, le plus difficile pour moi a été de concilier vie professionnelle et vie familiale. Mais j’y suis parvenue. » Vaiana Royer, directrice de l’armement de pêche Iaora Export : « Je suis très fière, en tant que femme, de gérer l’entreprise familiale. Quand on est pris de passion, on peut tout faire ! » Alix Roellinger, directrice adjointe du MRCC (centre de coordination de sauvetage maritime) : « Quand on assure dans son poste, les stéréotypes tombent et on gagne le respect des autres. Il faut s’accrocher et croire en soi. » Céline Helmy, capitaine de navire dans l’entreprise Mary’D : « Plus on sera de femmes à bord, moins il y aura de stéréotypes dans le milieu marin, donc n’hésitez pas, les filles, à envisager une carrière dans ce secteur ! »  
>> Lire la suite

Une appli indispensable pour les drones de loisir (Fri, 10 Jul 2020)
S’initier au pilotage en immortalisant ses exploits, se constituer un album photos renversant de ses vacances… « Le drone est un concentré de technologies aux potentialités incroyables en tant qu’outil de travail, mais qui est aussi devenu un objet de loisir très prisé », rappelle Christophe Bruni-Yahia, du service de la sécurité aérienne de la DAC. Une activité récréative qui présente certains risques. L’évolution de ces aéronefs dans les airs est donc soumise à des règles parmi lesquelles des restrictions de vol. Il est ainsi interdit de survoler l’espace public en agglomération avec un drone de loisir, de même que des sites sensibles ou protégés. La hauteur de vol est également réglementée. Géolocalisation C’est là qu’entre en piste NC Drones. Si la carte de restriction des vols de loisir est accessible sur le portail de l'information géographique du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, Georep.nc, « l’application mobile va faciliter l’accès à ces informations et les mettre à disposition de la manière la plus simple possible », expose Olivier Le Dain, qui a porté le projet à la DAC au sein du service ingénierie. Parmi les fonctionnalités proposées, la géolocalisation permet en un seul "toucher" de visualiser directement les conditions de survol de l’endroit où l’on se trouve. Une zone rouge ? « Cela signifie que le vol est interdit, signale Maxime Fournier, du service de la navigation aérienne, peut-être parce que vous vous trouvez à proximité d’un aérodrome, d’une hélistation, d’un îlot protégé ou encore d’un site militaire ». Trois autres couleurs indiquent les zones où la hauteur de vol est limitée à 30, 50 ou 60 mètres. « La mise à jour des données cartographiques se fera de manière automatique, précise Olivier Le Dain. L’application est appelée à évoluer et à s’enrichir de nouvelles fonctionnalités selon les retours des usagers ».    L’appli NC Drones a été présentée aux médias le 9 juillet en présence de Jean-Claude Gouhot, directeur de l’Aviation civile (à g.). Un millier de drones Le parc de drones en Nouvelle-Calédonie est estimé à environ un millier d’aéronefs dont 450 engins de plus de 800 grammes (à usage professionnel et de loisir) enregistrés par leur propriétaire comme l’exige la réglementation. L’enjeu face à cette activité en pleine expansion est de protéger les personnes et les biens au sol (risque de crash) et les autres usagers de l’espace aérien (risques de collision en vol), tout en accompagnant le développement de cette technologie. Aucun accident corporel n’a encore été déploré en Nouvelle-Calédonie, mais des usages en zones interdites ont déjà été signalés et sanctionnés. « L’application NC Drones s’intègre dans la démarche de promotion de la sécurité et de l’appropriation des règles par les usagers », souligne Christophe Bruni-Yahia. Le logo de l’appli NC Drones.   Les « 10 commandements » du télépilote de drones de loisir Ils accompagnent les drones commercialisés sous la forme d’une notice de sécurité.   1. Je ne survole pas les personnes (la distance horizontale minimale à mettre en œuvre entre le drone et toute personne à l'exception du télépilote est de 30 mètres). 2. Je respecte les hauteurs maximales de vol (ne dépassant jamais 150 mètres d'altitude). 3. Je ne perds jamais mon drone de vue et je ne l’utilise pas la nuit. 4. Je n’utilise pas mon drone au-dessus de l’espace public en agglomération. 5. Je n’utilise pas mon drone à proximité des aérodromes. 6. Je ne survole pas de sites sensibles (base militaire, hôpitaux...) ou protégés. 7. Je respecte la vie privée des autres. 8. Je ne diffuse pas mes prises de vues sans l’accord des personnes concernées et je n’en fais pas une utilisation commerciale. 9. Je vérifie dans quelles conditions je suis assuré pour la pratique de cette activité. 10. En cas de doute, je me renseigne. Le pilotage de drones de plus de 800 g exige d’être âgé de plus de 14 ans et d’avoir suivi une formation en ligne gratuite sur le portail Fox Alpha Tango.  
>> Lire la suite

La renaissance du musée de Nouvelle-Calédonie (Thu, 09 Jul 2020)
Fermé au public depuis un an, le musée de Nouvelle-Calédonie rouvrira ses portes en 2022. Il renaîtra alors sous le nom de MUZ et « incarnera, au cœur du Pacifique, le mariage des cultures et des civilisations, toutes valorisées dans un lieu unique, ouvert sur la ville et sur le monde », a déclaré le président du gouvernement Thierry Santa. D’ici là, d’importants travaux de rénovation des 2 200 m2 du bâtiment actuel et d’agrandissement sur 2 500 m2 sont au programme. Plus grand, plus beau, plus moderne, le MUZ se positionnera alors comme « une vitrine de la richesse de notre patrimoine culturel et une passerelle de coopération prête à stimuler les échanges d’objets d’art », a ajouté le président.   « Un dialogue audacieux entre nos cultures »   Très attendue de tous les partenaires de l’opération, la cérémonie du bois de la renaissance a réuni près de 150 personnes venues assister à la pose des « fondations d’une aire nouvelle, a indiqué Thierry Santa. Celle d’un dialogue audacieux entre nos cultures, source de cohésion, de développement et de rayonnement. » À ses côtés, les membres du gouvernement Didier Poidyaliwane, Vaimu’a Muliava, Yoann Lecourieux, Jean-Pierre Djaïwé et Valentine Eurisouké, mais aussi le haut-commissaire Laurent Prévost, le président du Congrès Roch Wamytan, le président du sénat coutumier Hippolyte Wakewi Sinewami-Htamumu, des représentants de la province Sud, de la mairie Nouméa, des institutions coutumières et des associations culturelles ont tour à tour souligné la portée symbolique de ce chantier, « projet-phare de la Nouvelle-Calédonie », selon Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement notamment en charge de la culture. « Ce musée, a-t-il assuré, représentera un élément central du patrimoine culturel matériel et immatériel de la Nouvelle-Calédonie ».     Didier Poidyaliwane a tenu à rendre hommage à « Déwé Gorodey qui, grâce à sa persévérance et à son insistance, a permis à ce projet de sortir de terre » (©www.noumea-photo.com / S. Peretti).   « Retranscrire ce que nous sommes »   Endémique, car inspiré de la nature et des savoir-faire locaux, le MUZ sera aussi inclusif, représentant la Calédonie dans toute sa diversité. « Il prendra racine dans la culture kanak et s’ouvrira aux autres cultures océaniennes pour retranscrire ce que nous sommes », a expliqué le membre du gouvernement Vaimu’a Muliava, très attaché à cette « belle aventure à laquelle nous pouvons tous être fiers de prendre part ». « L’État est heureux d’accompagner la Nouvelle-Calédonie dans ce projet, symbole du destin commun, a déclaré le haut-commissaire Laurent Prévost, faisant référence à la participation de l’État au financement de l’opération (lire l’encadré). Les foules se pressent au musée du quai Branly, puissent-elles aussi se presser ici et considérer la visite de ce lieu comme un passage incontournable de leur séjour afin de découvrir comment s’est construite cette singularité calédonienne ». « Le MUZ devra repenser son fonctionnement, a ajouté Didier Poidyaliwane, et se forger une plus grande ambition afin de lui permettre de rayonner au-delà des frontières ».   À l’issue de la cérémonie, les participants ont planté trois arbres d’une essence endémique représentant les coutumiers, les institutions et les communautés…       … et noué des manous sur un bois de gaïac symbolisant la renaissance du musée.     Financement et coût du projet Le budget global du projet de rénovation s’élève à 2 milliards de francs. Inscrit au contrat de développement État-Nouvelle-Calédonie 2017-2021, il est réparti à 70 % pour la Nouvelle-Calédonie et à 30 % pour l’État. Le projet inclut également la construction des réserves externalisées du musée pour un montant de 245 millions de francs. Cet espace permet actuellement de stocker les collections pour la durée du chantier, dans des conditions d’hygrométrie et de température satisfaisantes.   Scénographie et synopsis du parcours de visite du musée Le nouveau parcours muséographique ancre ce projet dans l’esprit de l’Accord de Nouméa, « dont le préambule, a rappelé Didier Poidyaliwane, inscrit une double reconnaissance : celle du peuple Kanak et celle des autres communautés vivant sur le territoire ». Il structure l'idée du destin commun, qui rassemble toutes les communautés. La première séquence est dédiée à l’océan par lequel est arrivé l’homme. La nouvelle muséographie accorde également une place, jusque-là inexistante, à la valorisation du patrimoine archéologique de la Nouvelle-Calédonie, notamment les poteries Lapita de renommée internationale. Une large place sera consacrée à la collection d’œuvres kanak, l’une des plus importantes au monde, ainsi qu’à l’histoire du pays au travers des arrivées successives et des apports de toutes les communautés calédoniennes.  
>> Lire la suite

Un comité stratégique maritime bientôt opérationnel (Wed, 08 Jul 2020)
Les années passent, mais le succès des Journées de la mer ne se dément pas. La quatrième édition a, en effet, réuni quelque 170 personnes dans l’auditorium de la province Sud pour une journée et demie d’échanges, de débats et de tables rondes. L’occasion aussi de « rassembler la puissance publique et les acteurs privés autour d’une même table pour avancer de façon concertée, et donc cohérente et efficace », a souligné Thierry Santa. Pour le président du gouvernement, qui a placé « l’enjeu maritime au cœur de la politique du 16e gouvernement » et dédié un secteur à l’économie de la mer, « le moment est venu de nous approprier pleinement le potentiel économique de la mer, de façon originale. »   Tracer une voie bleue   Pour y parvenir, le gouvernement mettra prochainement en action un comité stratégique maritime. Annoncée lors de la troisième Journée de la mer, cette entité sera créée « fin août », a déclaré Christopher Gygès, membre du gouvernement en charge de l’économie bleue. « Elle nous permettra de définir ensemble les grands objectifs 2020-2021 en matière maritime. Cette synergie, a-t-il assuré, est indispensable pour tracer une voie bleue de progrès, d’innovation et d’écologie. » Cet organe opérationnel devra donner corps à la politique de la mer de la Nouvelle-Calédonie en déclinant notamment les recommandations du Livre bleu sur lequel planche le cluster maritime depuis deux ans (lire l’encadré).   « Le gouvernement a fait du développement économique maritime l’une de ses priorités », a rappelé Christopher Gygès.   Feu vert pour Port Numbo   Ces Journées de la mer ont également été marquées par l’annonce du lancement des études de faisabilité de Port Numbo. « Un budget de 400 millions de francs est prévu dans les prochains contrats de développement pour initier ce projet structurant qui portera les ambitions du développement économique maritime de la Nouvelle-Calédonie », a précisé Christopher Gygès. Futur pôle d’excellence maritime, Port Numbo prévoit la construction d’un îlot artificiel en remblai d’environ 10 hectares dédié à l’accueil d’infrastructures portuaires qui font défaut aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie (aire de carénage, secteur de démantèlement des navires en fin de vie, système de levage, cale à sec, ateliers, etc.). Porté par le cluster maritime, ce projet générateur d’emplois permettra de booster l’activité des entreprises de la zone, et, par la même occasion, les formations aux métiers de la mer sans lesquelles le développement économique maritime ne pourra se faire.   Le livre bleu, 400 pages de propositions et d’idées Rédigé par les membres du cluster, ce document conçu comme un catalogue de propositions autour de dix axes stratégiques sera remis au comité stratégique maritime dès sa première réunion, annoncée en août. Ses membres pourront dès lors s’appuyer sur ce Livre bleu pour bâtir une véritable politique maritime de la Nouvelle-Calédonie. Le cluster maritime de la Nouvelle-Calédonie Depuis sa création il y a 6 ans, le cluster agit pour développer des synergies entre les acteurs maritimes afin que toute l’économie calédonienne puisse profiter des capacités d’innovation, des opportunités d’affaires et des créations d’emplois qu’offrent les activités en mer. Il réunit 85 membres et s’organise autour de six commissions qui représentent les 26 secteurs d’activités identifiés dans le domaine maritime, lesquels seraient à l’origine de plus de 3 000 emplois. « La prise en compte du fait maritime est de plus en plus marquée dans les institutions de la Nouvelle-Calédonie, relève le président de la structure, Philippe Darrason. Le président du gouvernement, notamment, a soulevé la question de la gouvernance de la mer qui est, selon nous, un prérequis essentiel pour mettre en place une véritable politique bleue à l’échelle du pays. L’annonce de la mise en place du comité stratégique de la mer est le signe que la dynamique est lancée et le cluster ne manquera pas de l’alimenter pour co-constuire cet avenir bleu. »   Le président du cluster maritime de Nouvelle-Calédonie, Philippe Darrason, entouré de ses managers, Emma Colombin et Lionel Loubersac.    
>> Lire la suite

Le chômage partiel prolongé pour les secteurs sinistrés (Tue, 07 Jul 2020)
Dès le 1er mars, le gouvernement a mis en place un dispositif renforcé de chômage partiel en créant l’allocation Covid-19 pour une période de trois mois. Cette mesure a permis d’aider les entreprises à sauvegarder les emplois de leurs salariés face aux difficultés économiques induites par la crise sanitaire. Jusqu’au 31 mai, 1,4 milliard de francs a été versé au bénéfice de 7 842 salariés. Fin juin, le Congrès a adopté la prolongation de ce dispositif en faveur des entreprises durablement touchées par la crise, pour une durée renouvelable de trois mois, du 1er juin au 31 août. Afin de préciser ce cadre, le gouvernement a pris, lors de sa séance hebdomadaire du mardi 7 juillet, un arrêté qui précise les conditions d’octroi de l'allocation, ses modalités de versement et la liste des secteurs d’activités concernés (lire l’encadré).  Le dispositif est rétroactif et d’autres secteurs d’activités pourront être admis au bénéfice du chômage partiel sur présentation de justificatifs. À noter que les entreprises bénéficiaires de cette allocation ne sont pas autorisées à verser de dividendes à leurs actionnaires en Nouvelle-Calédonie, en France métropolitaine ou à l’étranger, au titre de l’exercice concerné par la période de crise. Pour les groupes, cet engagement couvre l’ensemble des entités et filiales calédoniennes.     Les 24 secteurs d’activités retenus Tourisme et évènementiel : transports de voyageurs par taxis transports routiers réguliers de voyageurs autres transports routiers de voyageurs transports maritimes et côtiers de passagers hôtels et hébergements similaires hébergements touristiques et autres hébergements de courte durée terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs autres hébergements locations de courte durée de voitures et de véhicules automobiles légers activités des agences de voyage activités des voyagistes autres services de réservation et activités connexes organisation de foires, salons professionnels et congrès organisation de réceptions autres activités récréatives et de loisirs enregistrements sonores et éditions musicales activités de soutien au spectacle vivant projections de films cinématographiques activité des agences de publicité gestion des musées.   Aérien : transports aériens de passagers transports aériens de fret services auxiliaires des transports aériens.   Autres : services aux animaux de compagnie services de déménagement international.   Comment ça marche ? Les entreprises doivent déposer leur demande de bénéfice de l’allocation de chômage partiel sur le téléservice du gouvernement : https://demarches.gouv.nc/chomage-partiel L’allocation est liquidée et payée mensuellement. Elle est versée au salarié par l’employeur qui est remboursé par la CAFAT sur production d’un état de remboursement. Le montant de l’allocation est égal à 70 % de la rémunération brute servant de base au calcul de l’indemnité de congés payés, ramenée à un taux horaire. Cette rémunération est limitée à 4,5 fois le salaire minimum garanti du secteur d’activité concerné. Ce montant ne peut être inférieur à 100 % du salaire minimum garanti (SMG) du secteur d’activité concerné. Les salariés rémunérés au SMG bénéficient d’une indemnité égale à 100 % de ce minimum garanti brut du secteur d’activité concerné. Les personnes titulaires d’un contrat unique d’alternance bénéficient d’une allocation représentant 100 % du salaire légal tel que prévu par le Code du travail.  
>> Lire la suite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Guillaume Lefèvre - 2013/2014. - à Caroline, la femme de ma vie que j'aime tant.