1ère Plateforme numérique internationale d'informations sur la Nouvelle-Calédonie
1ère Plateforme numériqueinternationale d'informationssur la Nouvelle-Calédonie

Nombre de visiteurs uniques sur le site depuis son lancement : 

Les radios préférées des Calédoniens.

Résultats du sondage TNS-NCI

Cette semaine, le Nouveau Journal de NCI rend public les résultats d’une étude réalisée par l’institut de sondage TNS sur les audiences moyennes des radios locales. Avec 25% de parts de marché, Océane FM est devenue la 1ère fréquence de Nouvelle-Calédonie. Cap sur les ondes!
A lire sur Calédosphère ici

Le Flash Info est mis à jour très régulièrement !

N'hésitez pas à consulter aussi la page Actualités du Caillou

Découvrez tous les services à votre disposition avec, depuis ou vers la Nouvelle-Calédonie

Première startup web d'informations et de promotion de la Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Calédonie, en France, et dans le Monde, de nombreux services (gratuits pour les particuliers) sont à votre disposition

Vous êtes bien sur www.la-nouvelle-caledonie.com 

  • Voir toutes les activités ici
  • Soutenez le projet ici

Zoom sur...

La Nouvelle-Calédonie a aussi sa Web TV !
Première Web TV privée calédonienne, NCI tient déjà une vraie place dans le paysage médiatique. 
A découvrir dès que possible !
Le site web : http://nci.nc/
 
+23
+26°
+21°
Nouméa
Vendredi, 05

En toute mobilité!

Retrouvez votre site Internet préféré www.la-nouvelle-caledonie.com sur vos smartphones, tablettes et autres outils de communications mobiles en flashant le QR Code ci-dessus 

Les Actualités du Caillou

International version: click on the flag below

Les actualités mises à jour régulièrement offrent un contenu divers et varié sur la Nouvelle-Calédonie, indépendant, différent, et sur des sujets touchants à tous les domaines, et avec des sources médias et géographiques changeantes fréquemment, afin d'offrir au lecteur une vision éclectique et non alignée.

  • Retrouvez également la page spéciale Facebook du site

Les dernières actualités de Nouvelle-Calédonie (mise à jour permanente en fonction de l'actualité)

Culture : Salon International du Livre Océanien à Poindimié en octobre

Mois d'Octobre 2015

 

CULTURE, PATRIMOINE ET HISTOIRE

 

Le Festival Femmes Punk, plébiscite pour les Arènes du Sud à Païta. 

A lire sur NC Presse ici

 

Le SILO a ouvert ses portes à Poindimié.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

50 ans: comment les jeunes perçoivent leur télévision calédonienne.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

COMMERCE, ECONOMIE ET INDUSTRIE

 

Journée de l'entreprise à Koné le 28 octobre.

A lire sur CCI de Nouvelle-Calédonie ici

 

Concerns in New Caledonia over nickel price.

Read on Radio New Zealand International here
 
La chute du nickel fissure le pacte économique en Nouvelle-Calédonie.
A lire sur Radio France International (RFI) here
 
Call for common New Caledonia nickel stance.
Read on Radio New Zealand International here
 

ENVIRONNEMENT & METEO

 

Feux de brousse: la Nouvelle-Calédonie en risque extrême!

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Méconnu et menacé, le dugong est surveillé de près en Nouvelle-Calédonie.

A lire sur Goodplanet Info ici

 

POLITIQUE & ADMINISTRATION

 

La possibilité de légiférer pour limiter les armes en Nouvelle-Calédonie, entérinée par le Parlement.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Pacifique Sud - Coopération Australie-France-Nouvelle-Zélande (Nouméa, 20-23 octobre 2015).

A lire sur France Diplomatie ici

 

SPORTS

 

Moneuro 2016, c'est aussi en Nouvelle-Calédonie que ça se passe !

A lire sur Fédération Française de Football (FFF) ici

 

Tour cycliste de Nouvelle-Calédonie : le sacre de Taruia Krainer.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Le calédonien, Nicolas Dion, ceinture nationale au Championnat de France de boxe des super-moyens.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

TOURISME ET DECOUVERTE

 

Le croisiériste P&O va doubler sa flotte d'ici 2 ans dans le Pacifique Sud.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

Visitez les médias calédoniens sur le Net !

Afin de suivre les actualités calédoniennes, vous pouvez également accéder directement aux principaux médias calédoniens, en cliquant ci-dessous sur celui ou ceux qui vous intéressent.

Bonne navigation! 

Les dernières actualités officielles du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (flux RSS)

Actualités Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

La taxe pour la transition énergétique votée au Congrès (Fri, 20 Apr 2018)
Cette taxe pour la transition énergétique (TTE) – anciennement taxe sur les énergies renouvelables (TER) –, qui porte aujourd’hui uniquement sur l’essence (0,6 F/litre), sera étendue au gazole à raison de 3,5 F/litre. Elle alimentera l’Agence calédonienne de l’énergie (ACE), établissement public de la Nouvelle-Calédonie chargé de promouvoir l’utilisation rationnelle de l’énergie et d’accélérer le développement des énergies renouvelables. L’ACE pourra ainsi concourir à hauteur de 6 milliards de francs au projet de la nouvelle centrale électrique au gaz de Doniambo et entrera au capital de Nouvelle-Calédonie Énergie (NCE) – société par actions simplifiée, filiale à 100 % d’Enercal et maître d’ouvrage du projet de centrale – pour en devenir son actionnaire majoritaire à hauteur de 51 %. Les retombées de la TTE – qui sera également appliquée à la SLN, laquelle en était exonérée jusque-là – laissent espérer des recettes annuelles d’environ 600 millions de francs. La taxe devrait faiblement impacter le porte-monnaie du consommateur, la baisse attendue des hydrocarbures limitant l’augmentation du prix du gazole à la pompe, et le gouvernement ayant engagé des recherches d’économies sur le prix des carburants. La centrale de la transition énergétique Au-delà du financement des études et d’une partie de la construction de la centrale dont la mise en service est prévue en 2022, la taxation du gazole répond à un objectif sanitaire et environnemental, ce combustible générant une pollution atmosphérique depuis longtemps avérée. La future centrale “pays” au GNL, appelé « combustible de la transition énergétique », qui remplacera l’actuelle centrale fonctionnant depuis 1972 au fioul lourd, permettra de réduire les émissions*, de rendre la SLN plus compétitive et de diminuer les tarifs de l’électricité – le prix de revient du kilowattheure pourrait baisser de 30 % par rapport au prix actuel –, mais aussi de développer une nouvelle filière énergétique. Intégrée au Schéma pour la transition énergétique (STENC) voté par le Congrès en juin 2016 et dont l’un des objectifs est d’atteindre 100 % d’énergies renouvelables pour la distribution publique d’ici à 2030, la centrale au gaz d’une puissance nominale de 200 mégawatts « nous donne les moyens de notre indépendance énergétique et laisse toute sa place au développement des énergies renouvelables, assure Philippe Gomès, rapporteur du projet de loi et président de NCE. Aujourd’hui, la Nouvelle-Calédonie est cliente de la SLN qui bascule son électricité de ses fours vers le réseau public lors des pics de consommation. Demain, c’est la SLN qui sera cliente de la Nouvelle-Calédonie et consommera dans les heures d’ensoleillement une part d’électricité renouvelable ». Des similitudes avec le barrage de Yaté « De plus, poursuit le député de la seconde circonscription, ce projet décisif garantit l’avenir des 8 000 familles qui, de manière directe, indirecte ou induite, vivent aujourd’hui au travers de la SLN ». Et au-delà, « la recherche d’un bon équilibre entre les intérêts privés de l’industrie métallurgique et les intérêts publics de la Nouvelle-Calédonie nous amène à créer une nouvelle entreprise à capitaux majoritairement publics, afin de développer ensemble un outil de production structurant pour l’avenir ». Et de citer l’exemple du barrage de Yaté en 1955, construit et exploité par Enercal, société locale à capitaux publics créée à cette occasion et qui a permis au territoire de détenir une participation dans le projet. « Cette centrale au gaz est aussi indispensable que l’a été le barrage de Yaté qui représente aujourd’hui 50 % des besoins de la distribution », affirme Philippe Gomès. * L’utilisation du GNL entraînera une annulation totale des émissions de SO2,  divisera par 14 celles d’oxyde d’azote et de poussières. Quant aux émissions de CO2, elles diminueront de 950 000 t à 440 000 t par an, soit une baisse de 54 %.
>> Lire la suite

Tous au chevet de la ressource en eau (Wed, 18 Apr 2018)
« Ce forum est un moment important qui engage une concertation sans précédent de tous les acteurs », a déclaré, face à une salle comble, le président du gouvernement, Philippe Germain, à l’occasion du lancement du Forum H2O. « Votre présence nombreuse confirme combien nous sommes conscients de la situation, préoccupés de l’avenir et soucieux d’agir en responsabilités », a-t-il-poursuivi. Gouvernement, État, provinces, communes, autorités coutumières, mais aussi des experts, des scientifiques et des représentants du secteur agricole, industriel, associatif… Au total, plus de 300 personnes ont répondu présents à l’invitation. Vers une feuille de route partagée Pendant les trois jours que durera le forum, la réflexion des participants sera nourrie par des ateliers thématiques (santé, environnement, économie et aménagement), des tables-rondes et des conférences d’experts internationaux. Objectif : dresser des constats et définir des priorités et les moyens à mettre en œuvre pour améliorer notre connaissance de la ressource et répondre aux enjeux de l’eau en matière de santé publique, de développement durable et de préservation. L’ensemble de ces données, et leur analyse, devront ainsi constituer les orientations prioritaires d’une politique partagée de gestion de l’eau.   Philippe Germain a prononcé un discours d'ouverture du Forum H2O.   « Nous ne pouvons nous croire à l’abri » « Si en Nouvelle-Calédonie, la ressource en eau est relativement abondante, elle n’en est pas moins fragile et menacée, a rappelé Philippe Germain. C’est pourquoi il convient d’agir dès maintenant pour anticiper les difficultés et construire ensemble des dispositifs permettant de sécuriser et de valoriser cette ressource. »  Après l’adoption de la loi du pays pour la qualité de l’air, du Schéma pour la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie et, plus récemment, du plan de gestion du Parc naturel de la mer de Corail, « il est temps pour l’eau », a insisté le président. « Au regard des épisodes de sécheresse de plus en plus intenses, des effets du changement climatique, des pollutions, des pressions environnementales accrues, de la demande en augmentation, etc., l’eau devient une ressource vitale que le gouvernement s’engage à protéger. Nous ne pouvons nous croire à l’abri », a-t-il terminé, faisant écho à son discours de politique générale prononcé au Congrès en décembre 2017.   Une coutume a ouvert les travaux du forum.  
>> Lire la suite

Un étiquetage uniforme pour l’électroménager (Wed, 18 Apr 2018)
Lave-linge, micro-ondes, lave-vaisselle, téléviseurs… Près de 80 % de l’électroménager et des appareils électroniques importés en Nouvelle-Calédonie viennent d’Europe et sont étiquetés selon les normes de l’Union européenne (UE), bien connues des consommateurs (A+, A, B, C…). Le reste provient essentiellement d’Australie et d’Asie. Ces équipements comportent une étiquette énergétique dont les règles diffèrent en fonction de leur pays d'origine. Pour ces appareils, le texte examiné le 17 avril par  le gouvernement, propose d’apposer une étiquette énergétique calédonienne, similaire au format de l’étiquette européenne, en complément de celle du pays d’origine. « Le consommateur disposera ainsi d’une information uniforme sur la performance énergétique de l'équipement, quelle que soit sa provenance », indique Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement chargé de l’énergie. Les distributeurs disposeront d’un outil afin de transposer les performances d’un appareil australien ou asiatique selon les règles d’étiquetage européennes (à droite). Maîtrise de l’énergie En parallèle, le fournisseur qui souhaitera introduire sur le marché calédonien des équipements électroménagers et électroniques devra s'assurer que les produits répondent à une norme d'efficacité énergétique dans leur pays d'origine, en se référant notamment à la documentation technique du fabricant. « Ces mesures s’inscrivent dans le cadre du Schéma pour la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie, rappelle le porte-parole du gouvernement. L’objectif est de diminuer la consommation énergétique des foyers, mais aussi de réduire la facture d’électricité des consommateurs ». L’étiquette énergétique calédonienne devrait fleurir dans les rayons après son adoption au Congrès dans le courant de l’année 2018. Fin des ampoules à incandescence et halogènes Dans la même lignée, le gouvernement propose d’interdire à l’importation les ampoules à incandescence ou halogènes*. « Ces ampoules sont hautement énergivores. Elles transforment seulement 5 % de l'énergie en éclairage, le reste se perdant en chaleur, explique Nicolas Metzdorf. Leur interdiction contribuera à atténuer la hausse de la consommation en électricité observée le soir, principalement en raison de l’éclairage ». Cette mesure entrera en vigueur au 1er janvier 2020, en accord avec les importateurs et les distributeurs, afin de leur laisser le temps de s’adapter. Exemples d’ampoules à incandescence ou halogènes qui seront interdites à l’importation. * excepté pour des usages professionnels ou spécifiques (automobile, industrie, photographie, médical etc.)   Protéger la couche d’ozone Autre point inscrit dans cet avant-projet de loi du pays : interdire l'importation d'équipements contenant des substances nocives pour la couche d’ozone, comme les fluides frigorigènes des équipements de froid et de climatisation. Substance particulièrement visée, le R 22 est banni de l’Union européenne depuis 2009. La liste des équipements concernés par l’interdiction d’importation, ainsi qu’une liste des substances prohibées seront fixées par arrêté du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.    
>> Lire la suite

Une feuille de route pour préserver l’eau (Tue, 17 Apr 2018)
Le forum H2O, qui va s’ouvrir mercredi matin dans les locaux de la CPS, entend organiser une réflexion mobilisant tous les acteurs de l’eau en Nouvelle-Calédonie : gouvernement, État, provinces, communes, autorités coutumières, mais aussi des scientifiques et des représentants du secteur agricole, industriel et associatif. « L’objectif est de travailler sur l’identification des priorités à mettre en œuvre afin de bâtir, à l’image du Schéma pour la transition énergétique, un véritable schéma pour l’eau, avec une stratégie et un plan d’actions, qui sera présenté aux élus du Congrès avant la fin de l’année », explique Nicolas Metzdorf, premier membre du gouvernement à s'être vu confier le secteur de l’eau. Une ressource qui se fragilise Pourquoi une politique publique de l’eau en Nouvelle-Calédonie ? Selon Nicolas Metzdorf, comme partout ailleurs dans le monde, « nous sommes arrivés à un carrefour et il s'agit de prendre la bonne direction. Le développement démographique et économique, une politique agricole ambitieuse – 70 % de l’eau est consommée par l’agriculture –, mais aussi le changement climatique sont autant de pressions qui pèsent sur la ressource ». Afin d’alimenter sources et nappes phréatiques, la Nouvelle-Calédonie peut compter sur une pluviométrie moyenne de 1 500 mm par an, mais qui est répartie inégalement dans le temps (70 % des précipitations pendant le premier trimestre) et géographiquement. « Nous devons nous aussi apprendre à gérer l’eau et faire changer les mentalités. Sur terres coutumières, les clans considèrent que la source venant de leur terre n’est pas payante, qu’elle leur appartient. Cette notion doit évoluer car l'eau est un patrimoine qu’il faut partager », avance Didier Poidyaliwane, membre du gouvernement concerné par ce dossier à double titre : celui du secteur de l’écologie et du développement durable, et celui des affaires coutumières.      Quatre thématiques Pendant trois jours, les participants du forum H2O vont travailler en atelier autour de quatre grandes thématiques : la santé, l’environnement, l’économie et l’aménagement « afin d’aborder la question de l’eau sous tous les angles », précise Gérard Fallon, directeur des Affaires vétérinaires, alimentaires et rurales (DAVAR). Des tables rondes et des conférences menées par des experts internationaux (lire l’encadré) permettront également de « prendre la mesure de ce qui se fait ailleurs et d'évoquer les réponses apportées ». De l’eau de pluie au robinet du consommateur, les travaux du forum H2O visent à forger un outil destiné à répondre aux enjeux globaux de santé publique, de développement durable et de préservation. « Comme dans un triptyque : nos préoccupations sont qu’il y ait de l’eau potable pour le citoyen, de l’eau pour nos entreprises, en particulier pour l’irrigation, et de l’eau dans la nature. Près de 200 cours d’eau sont impactés par l’engravement et ne coulent pratiquement plus. Il y a urgence », alerte Nicolas Metzdorf.   Didier Poidyaliwane et Nicolas Metzdorf ont présenté les objectifs du forum H2O à la presse deux jours avant son ouverture.       Réunions préparatoires En amont du forum H2O, le gouvernement a mené des réunions préparatoires avec les différents acteurs concernés : maires, représentants des agriculteurs, du secteur de l’énergie et de l’industrie. À chaque fois, l'écoute des participants s'est faite autour de deux grandes questions : « Comment voyez-vous l'eau en Nouvelle-Calédonie dans 20 ans ? » et « Quelles seraient selon vous les trois urgences à traiter ? ».       L’eau, une compétence partagée Les communes sont compétentes pour la salubrité et la sécurité publique (au titre de la police administrative, en cas d’inondation ou de pollution, notamment) et pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement, qui sont des services publics communaux. L’État est compétent pour la salubrité et la sécurité publique, en cas de carence du maire. La Nouvelle-Calédonie est compétente en matière d’hygiène publique et de santé, de préservation et de suivi de la ressource en eau, de gestion du domaine public fluvial et de sécurité civile. Deux directions du gouvernement, la DASS et la DAVAR, effectuent des contrôles qui permettent de vérifier la conformité de l’eau aux normes fixées par le code de la santé publique. Les provinces sont compétentes pour la protection de l’environnement, la prévention des pollutions et des risques, la gestion de la ressource en eau par délégation, la gestion des centres médicosociaux et la prévention des patients. La DAVAR travaille sur la qualité de l’eau naturelle non traitée avant distribution et met en place des périmètres de protection des captages d’eau (PPE) depuis 2010.   Zoom sur les invités Jim Keary, spécialiste des politiques publiques sur l’eau, directeur général de Hunter Water (Australie) Danny Greenwald, expert en assainissement et traitement de l’eau, Water Authority (Israël) Martin Gutton, haut responsable public spécialisé dans la gestion de l’eau, directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne (France) Francine Tsiou Fouc, en charge de l’élaboration et du suivi de la politique de l’eau polynésienne au gouvernement (Polynésie française) Olivier Sudrie, économiste ultramarin, cabinet DME (France)  
>> Lire la suite

Le PDG de l’IRD au gouvernement (Fri, 13 Apr 2018)
Organisme de recherche pluridisciplinaire au service des pays de la zone intertropicale et méditerranéenne, l’IRD – Institut de recherche pour le développement – est présent depuis soixante-dix ans en Nouvelle-Calédonie. Par ses travaux, il a notablement contribué à l’amélioration des connaissances scientifiques et au développement, tant dans l’archipel calédonien que dans la région Pacifique. Au cours de leur entretien, le président du gouvernement a salué la dynamique originale de coopération que représente le CRESICA (Consortium pour la recherche, l’enseignement supérieur et l’innovation en Nouvelle-Calédonie). Il a précisé l’appui qu’il attend de la recherche pour promouvoir l’innovation, afin de diversifier l’économie calédonienne et de former la jeunesse à la recherche. La Calédonie, pôle d’excellence de la recherche Philippe Germain a également partagé avec Jean-Paul Moatti l’ambition de faire de la Nouvelle-Calédonie un « pôle d’excellence » de la recherche autour des thématiques biodiversité, océan et changement climatique. Le Parc naturel de la mer de Corail, comme le lagon calédonien, offrent dans ces domaines des possibilités uniques, chacun s’accordant sur la nécessité de rendre l’ensemble plus visible au niveau international. Enfin, le PDG de l’IRD, également expert mandaté par l’Organisation des Nations Unies pour élaborer le « Rapport mondial sur le développement durable 2019 », a confirmé la disponibilité de son institut au service des politiques publiques.  
>> Lire la suite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Guillaume Lefèvre - 2013/2014. - à Caroline, la femme de ma vie que j'aime tant.