1ère Plateforme numérique internationale d'informations sur la Nouvelle-Calédonie
1ère Plateforme numériqueinternationale d'informationssur la Nouvelle-Calédonie

Nombre de visiteurs uniques sur le site depuis son lancement : 

Les radios préférées des Calédoniens.

Résultats du sondage TNS-NCI

Cette semaine, le Nouveau Journal de NCI rend public les résultats d’une étude réalisée par l’institut de sondage TNS sur les audiences moyennes des radios locales. Avec 25% de parts de marché, Océane FM est devenue la 1ère fréquence de Nouvelle-Calédonie. Cap sur les ondes!
A lire sur Calédosphère ici

Le Flash Info est mis à jour très régulièrement !

N'hésitez pas à consulter aussi la page Actualités du Caillou

Découvrez tous les services à votre disposition avec, depuis ou vers la Nouvelle-Calédonie

Première startup web d'informations et de promotion de la Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Calédonie, en France, et dans le Monde, de nombreux services (gratuits pour les particuliers) sont à votre disposition

Vous êtes bien sur www.la-nouvelle-caledonie.com 

  • Voir toutes les activités ici
  • Soutenez le projet ici

Zoom sur...

La Nouvelle-Calédonie a aussi sa Web TV !
Première Web TV privée calédonienne, NCI tient déjà une vraie place dans le paysage médiatique. 
A découvrir dès que possible !
Le site web : http://nci.nc/
 
+23
+26°
+21°
Nouméa
Vendredi, 05

En toute mobilité!

Retrouvez votre site Internet préféré www.la-nouvelle-caledonie.com sur vos smartphones, tablettes et autres outils de communications mobiles en flashant le QR Code ci-dessus 

Les Actualités du Caillou

International version: click on the flag below

Les actualités mises à jour régulièrement offrent un contenu divers et varié sur la Nouvelle-Calédonie, indépendant, différent, et sur des sujets touchants à tous les domaines, et avec des sources médias et géographiques changeantes fréquemment, afin d'offrir au lecteur une vision éclectique et non alignée.

  • Retrouvez également la page spéciale Facebook du site

Les dernières actualités de Nouvelle-Calédonie (mise à jour permanente en fonction de l'actualité)

Culture : Salon International du Livre Océanien à Poindimié en octobre

Mois d'Octobre 2015

 

CULTURE, PATRIMOINE ET HISTOIRE

 

Le Festival Femmes Punk, plébiscite pour les Arènes du Sud à Païta. 

A lire sur NC Presse ici

 

Le SILO a ouvert ses portes à Poindimié.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

50 ans: comment les jeunes perçoivent leur télévision calédonienne.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

COMMERCE, ECONOMIE ET INDUSTRIE

 

Journée de l'entreprise à Koné le 28 octobre.

A lire sur CCI de Nouvelle-Calédonie ici

 

Concerns in New Caledonia over nickel price.

Read on Radio New Zealand International here
 
La chute du nickel fissure le pacte économique en Nouvelle-Calédonie.
A lire sur Radio France International (RFI) here
 
Call for common New Caledonia nickel stance.
Read on Radio New Zealand International here
 

ENVIRONNEMENT & METEO

 

Feux de brousse: la Nouvelle-Calédonie en risque extrême!

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Méconnu et menacé, le dugong est surveillé de près en Nouvelle-Calédonie.

A lire sur Goodplanet Info ici

 

POLITIQUE & ADMINISTRATION

 

La possibilité de légiférer pour limiter les armes en Nouvelle-Calédonie, entérinée par le Parlement.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Pacifique Sud - Coopération Australie-France-Nouvelle-Zélande (Nouméa, 20-23 octobre 2015).

A lire sur France Diplomatie ici

 

SPORTS

 

Moneuro 2016, c'est aussi en Nouvelle-Calédonie que ça se passe !

A lire sur Fédération Française de Football (FFF) ici

 

Tour cycliste de Nouvelle-Calédonie : le sacre de Taruia Krainer.

A lire sur Nouvelle-Calédonie 1ère ici

 

Le calédonien, Nicolas Dion, ceinture nationale au Championnat de France de boxe des super-moyens.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

TOURISME ET DECOUVERTE

 

Le croisiériste P&O va doubler sa flotte d'ici 2 ans dans le Pacifique Sud.

A lire sur Les Nouvelles Calédoniennes ici

 

Visitez les médias calédoniens sur le Net !

Afin de suivre les actualités calédoniennes, vous pouvez également accéder directement aux principaux médias calédoniens, en cliquant ci-dessous sur celui ou ceux qui vous intéressent.

Bonne navigation! 

Les dernières actualités officielles du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (flux RSS)

Actualités Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Sensibilisation sur le lagon (Tue, 16 Jan 2018)
On ne rigole pas à la barre d’un voilier ou d’un bateau à moteur. Naviguer en haute mer ne s’improvise pas. Sillonner le lagon encore moins. Les dangers ne manquent pas. Le respect des règles de sécurité et des gestes élémentaires de prudence permet d’en déjouer certains. Mais, si l’on se penche sur les interventions déclenchées par le MRCC*, on constate que bien souvent le matériel de sécurité embarqué affiche des défaillances. C’est dans cette optique que la direction des Affaires maritimes, appuyée par le personnel et les moyens nautiques des Sauveteurs en mer, du service de la mer et de la protection du lagon de la province Sud, des gendarmeries maritime et nationale, a pris la mer dimanche pour aller à la rencontre des plaisanciers et autres usagers du lagon. Ne pas improviser, prendre ses précautions L’objectif n’était pas de constater les infractions à la réglementation, encore moins de verbaliser les contrevenants. Mais bien d’exercer un contrôle préventif du matériel de sécurité et surtout de sensibiliser le public à travers des conseils (sur l’importance de bien entretenir son matériel entre chaque sortie en mer, par exemple), de l’information et la distribution du tout nouveau Guide de la sécurité en mer. De 8 heures à 15 heures, 410 personnes (pour 135 navires) ont ainsi été abordées sur le secteur de Nouméa et Mont-Dore. À bord de la Croix du Sud et de Utah (Société nationale de sauvetage en mer), de la vedette Dumbéa (gendarmerie maritime), des embarcations de la brigade nautique de Nouméa (gendarmerie nationale), et des bateaux Djeu Kuru, Noddi et Améré (province Sud), une flottille de pédagogues ont dispensé la bonne parole. Du côté de Koumac, les Sauveteurs en mer ont touché 50 marins (22 bateaux), alors que sur La Foa et Moindou, les agents de la direction de l’Environnement de la province Sud entreprenaient 120 personnes (32 navires). D’autres moyens ont été déployés à Lifou. Au total, environ 600 usagers du lagon ont donc été sensibilisés autour du slogan « Sur le lagon pas d’improvisation, je prends toujours mes précautions ». Pas d’évolution notable « Il nous faut inlassablement répéter les consignes, rappeler les règles de base », indique Sylvain Rabeau, directeur adjoint des Affaires maritimes. Mais les messages dispensés chaque année finissent-ils par porter leurs fruits ? « L’accidentologie ne connaît pas d’évolution notable, ni dans un sens ni dans l’autre. Les chiffres dont nous disposons ne nous permettent pas d’affirmer que les choses s’améliorent ou que la situation se dégrade. » Démarrée début janvier, à l’aide de bandeaux informatifs accrochés sur des sites internet spécialisés dans le maritime, la campagne d’information sur la sécurité des loisirs nautiques se poursuit ces jours-ci. Le nouveau guide – qui compile différentes fiches thématiques proposées jusque-là – sera diffusé sous son format livret dans les capitaineries, les commerces spécialisés, les shipchandlers ou encore certaines administrations. * MRCC : Maritime Rescue Coordination Center, ou Centre de coordination de sauvetage maritime   La journée de dimanche a été consacrée à la sensibilisation des plaisanciers et usagers du lagon.     Principaux messages diffusés - Respecter la motorisation maximale inscrite sur la plaque signalétique du navire. Le non-respect de cette limite engendre des contraintes structurelles, ainsi qu’une modification de la flottabilité/stabilité pouvant mettre en danger les usagers. - Alerter les secours à temps et par des moyens adaptés : préférer la VHF qui peut être entendue de tous. - Déclarer les VHF et les balises auprès de l’ANFR, Agence nationale des fréquences radio (licence gratuite), ce qui permet d’identifier le navire concerné par une détresse. - Raccorder le GPS à la VHF, afin de pouvoir transmettre la position lors d’un message de détresse par radio SMDSM (Système mondial de détresse et de sécurité en mer). Un nouveau guide Édité par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et tiré à 4 000 exemplaires, le nouveau Guide de la sécurité en mer se présente sous la forme d’un livret attractif de 40 pages divisé en neuf chapitres : « Avant de partir, ayez le sens marin », « Le matériel de sécurité », « Les astuces pour naviguer en sécurité », « Communiquer en mer », « Se sauver et sauver les autres », « Le balisage maritime », « Prévenir les abordages en mer », « À chaque activité ses règles » et « La pêche et le respect de l’environnement ». Il fournit également l’ensemble des adresses, contacts téléphoniques et autres sites internet à connaître. Le guide est également disponible en version web, sur le site de la direction des Affaires maritimes et sur celui du MRCC.    
>> Lire la suite

Des étudiants australiens en Calédonie (Tue, 16 Jan 2018)
Lancé en 2014, ce programme offre chaque année à des étudiants australiens la possibilité de séjourner dans les universités de la région Indo-Pacifique et/ou d’effectuer des stages professionnels dans des pays de la zone : aux Îles Cook, en Inde… et bientôt en Nouvelle-Calédonie. Pendant la visite officielle d’une délégation calédonienne conduite par Philippe Germain, en octobre 2016 à Canberra, Julie Bishop, ministre australienne des Affaires étrangères, a en effet invité la Nouvelle-Calédonie à devenir pays hôte dans le cadre du dispositif « New Colombo Plan ». « Il s’agit de la dernière pièce de la mosaïque dans le Pacifique, indique Paul Wilson, consul général d’Australie à Nouméa. Une décision qui intervient suite à l’adhésion, comme membre à part entière, de la Nouvelle-Calédonie au Forum des Îles du Pacifique, la reconnaissance du rôle qu’elle joue désormais dans la région ». Le programme a également été ouvert à la Polynésie française qui devrait accueillir des étudiants australiens en 2019. 82 étudiants de 7 universités Dispositif entièrement financé par le gouvernement australien via le ministère des Affaires étrangères et du commerce international, les bourses de mobilité permettent à des jeunes étudiants (de 18 à 28 ans) de parfaire leur formation universitaire à l’étranger dans un établissement d’enseignement supérieur et/ou d’effectuer un stage (de 4 à 6 semaines environ) en lien avec leurs compétences et leurs cursus. Depuis 2014, le New Colombo Plan a ainsi aidé près de 17 500 jeunes australiens. En 2018, 82 d’entre eux bénéficieront d’une bourse pour venir, pour la toute première fois, en Nouvelle-Calédonie. Issus de sept universités (Nouvelle-Galles du Sud, Queensland et Australie méridionale), lesquelles ont développé un projet avec un partenaire calédonien (université, Creipac, organismes de recherche…), ils prendront part à des programmes de courte durée (la plupart pour quatre semaines) dans les domaines linguistiques, culturels et techniques. « Si l’aspect linguistique est important, nous voulons nous inscrire dans une perspective plus large et impliquer des jeunes qui étudient autre chose que le français : l’ingénierie, l’anthropologie, la gestion environnementale, la culture, etc. », insiste Paul Wilson. Favoriser leur rayonnement dans la région Avec le soutien du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, le consulat général australien mène actuellement une campagne de sensibilisation à ce programme, en servant d’interface et de facilitateur entre les universités australiennes et les possibles partenaires locaux*. « Le domaine maritime, la mine, l’industrie, l’innovation, les spécificités culturelles…, la Nouvelle-Calédonie représente une belle offre pour favoriser l’ouverture d’esprit et l’enrichissement intellectuel de nos étudiants », poursuit Paul Wilson qui milite pour leur « rayonnement » dans la zone Asie-Pacifique. Ces jeunes ont une double mission :  se confronter à des cultures, sociétés et économies différentes, tout en créant des liens que le consul général espère durables, mais aussi devenir de futurs ambassadrices et ambassadeurs de leur pays en Océanie. * Plus d’infos sur : https://ncpbusiness.dfat.gov.au/Account/Login.aspx?ReturnUrl=%2fAccount%2fLogin   7 500 étudiants aidés dans 35 pays en 2017 Les bourses de mobilité (« Mobility Grants ») ont pour objectif de permettre aux étudiants et à leurs universités de concevoir des programmes d’études courtes (de quelques semaines à plusieurs mois) et des stages, en entreprise ou de recherche, pouvant se dérouler dans le privé, dans un établissement public, en formation professionnelle continue, au sein d’une ONG… Tout est ouvert. Le New Colombo Plan compte un autre dispositif, baptisé « Scholarship Plan », correspondant à une bourse d’études d’un an. Pour la seule année 2017, le gouvernement australien a financé 7 400 « Mobility Grants » et 105 « Scholarships », ceci dans pas moins de 35 pays.   L’origine du programme Le « Colombo Plan », pour « Cooperative Economic and Social Development in Asia and the Pacific », a été créé lors de la conférence des Affaires étrangères du Commonwealth qui s’est tenue en janvier 1950 dans la capitale du Sri Lanka, Colombo. D’où son nom. À l’origine, il concernait un groupe de sept nations – Australie, Grande-Bretagne, Canada, Sri Lanka (à l’époque Ceylan), Inde, Nouvelle-Zélande et Pakistan. Issu de ce plan, un programme de bourses a été mis en place par le gouvernement australien, visant à encourager les jeunes étudiants de pays asiatiques à venir étudier en Australie. Le « New Colombo Plan », lui, date de 2014. À l’inverse, il est destiné aux jeunes étudiants australiens désirant s’exiler quelque temps dans un pays de la zone Indo-Pacifique : Japon, Chine, Indonésie…    
>> Lire la suite

Notre chocolat à Java (Tue, 16 Jan 2018)
Le protocole d’entente, ou MOU (Memorandum of Understanding), a été signé par Dominique Lefeivre, gérant de Biscochoc, et Anugrah Prasetya, propriétaire de PT Polaris Metro Persada. La cérémonie s’est déroulée dans la salle des délibérations du gouvernement, en présence notamment du consul général d’Indonésie en Nouvelle-Calédonie, Achmad Gozali HM, du consul Winbert Hutahaean, de Jennifer Seagoe, présidente de la CCI-NC, et de Daniel Ochida, co-président du Medef-NC. Implantée sur le marché indonésien depuis quelques années, PT Polaris Metro Persada, une entreprise IT (Information Technology), s’est spécialisée dans le commerce import/export agro-alimentaire en général (café, thé…). C’est lors du salon Trade Expo Indonesia, en octobre 2017 à Djakarta, que la cellule économique du Consulat général d’Indonésie en Nouvelle-Calédonie l’a mise en relation avec la société calédonienne. Il faut dire que l’ancien consul général, qui avait visité l’usine de Ducos, surpris d’apprendre que la pâte à tartiner était fabriquée localement, en était devenu un « fanatique », comme l’indique Dominique Lefeivre. Un accord conclu en trois semaines ! Les responsables des deux entreprises se sont rencontrés le 20 décembre dernier. Et trois semaines plus tard, le patron de PT Polaris Metro Persada débarquait en Nouvelle-Calédonie, « un paradis caché », pour la signature du MOU ! « Le consul général a facilité nos démarches, il nous a trouvé un importateur qui s’est très rapidement pris au jeu », précise le gérant de Biscochoc qui ne cache pas son enthousiasme à l’aube d’une nouvelle aventure à l’export, génératrice d’emplois, vraisemblablement à l’horizon 2019. Dominique Lefeivre souligne par ailleurs « l’engagement du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie à nos côtés pour cette signature, preuve du sérieux de notre entreprise ». Ce MOU concrétise en effet la vocation du plan OSE (orientations pour le soutien à l'export) créé par le gouvernement et destiné à structurer la stratégie export de la Nouvelle-Calédonie. Un plan dont les grands axes ont été présentés en octobre 2016 par le président du gouvernement à plus d’une centaine d’entreprises. Des relations diplomatiques et économiques « Cette signature, une première, scelle un partenariat qui s’inscrit parfaitement dans la politique menée par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie en faveur de l’internationalisation d’entreprises ayant acquis des savoir-faire et pouvant prétendre à établir des joint-ventures avec des entreprises étrangères, confirme Philippe Germain. Elle est par ailleurs conclue avec un pays ami qui compte 5 000 ressortissants en Nouvelle-Calédonie, un acteur important dans la région avec lequel il nous appartient de développer des relations diplomatiques mais également économiques ». Signé pour une durée de trois ans, ce protocole d’entente pose les conditions du partenariat entre les deux entreprises. À elles désormais de déterminer quels types de produits seront exportés et d’étudier, entre autres, la personnalisation du packaging afin de l’adapter au marché indonésien. Avant, dans un second temps, de finaliser les termes de la distribution.   Biscochoc s’implante à l’étranger Créée en 1979 par Jean-Claude Racine, la société Biscochoc est spécialisée dans les produits à base de chocolat et les confiseries. Elle souhaite développer l’export sur le marché asiatique, tout en pérennisant ses relations commerciales actuelles avec les marché japonais, vanuatais, polynésien, et avec le marché chinois qu’elle a conquis en 2017*. Grâce à la signature de ce MOU, elle élargit sa zone d’exportation avec des produits phare comme les tablettes et mini-tablettes, les grains de café enrobés de chocolat, et une nouvelle pâte à tartiner sans huile de palme, également proposée au marché coréen. Biscochoc, qui va d’abord tester les magasins indonésiens haut de gamme, envisage aussi de transformer des fèves de cacao pour les commercialiser en Indonésie, et, à plus long terme, de créer une usine de production dans ce pays. * En 2015, les exportations de la société ont représenté 4 % de son chiffre d’affaires. En 2017, elles s’élèvent à 8 %. L’objectif est d’atteindre, voire dépasser, les 12 % en 2018.    
>> Lire la suite

Le Vietnam s’engage contre la pêche illégale (Thu, 11 Jan 2018)
Ce séjour avait un objectif clair : rencontrer les représentants de l’État et des collectivités locales afin de montrer l’engagement des autorités vietnamiennes dans la lutte contre la pêche illégale en Nouvelle-Calédonie. Ainsi que la volonté « de s’orienter vers un avenir de coopération prometteur », a souligné Van Tam Vu, avec des projets notamment en matière d’aquaculture.                               Sanction européenne Lors de cet entretien, le président du gouvernement a rappelé que la ZEE de la Nouvelle-Calédonie est dans un processus de classement en parc naturel. « Les blue boats portent gravement atteinte au patrimoine naturel de la Nouvelle-Calédonie et à ses récifs vierges », a ajouté Philippe Germain qui a demandé que ces pratiques illégales cessent. Dès 2016, le chef de l’exécutif calédonien avait interpellé l’État sur cette problématique qui avait de ce fait mobilisé son réseau diplomatique. Conséquence, en octobre 2017, l’Europe a infligé un "carton jaune" au Vietnam au sujet de la pêche illégale. Une sanction qui pourrait évoluer, en l’absence de réaction de la part d’Hanoï, vers un "carton rouge". Elle se traduirait alors par une interdiction de la vente des produits de la mer vietnamiens dans les pays européens. Batterie de mesures Les autorités vietnamiennes ont annoncé qu’elles souhaitaient stopper ces actions illicites avant le 30 juin 2018 en menant différentes actions. Par exemple, modifier les règles de la pêche au Vietnam, former les pêcheurs à la réglementation nationale et internationale, augmenter les sanctions financières, renforcer la surveillance et le contrôle au large à l’aide de GPS traceur pour les bateaux de plus de 15 mètres ou encore interdire la pêche et le commerce des holothuries au Vietnam. « Comme vous, je souhaite que l’histoire de la pêche illégale soit derrière nous pour établir une relation plus constructive en matière de coopération économique, commerciale, politique et scientifique entre nos deux territoires », a conclu Philippe Germain.   Échange de cadeaux entre le président du gouvernement Philippe Germain et le vice-ministre vietnamien de l’agriculture, Van Tam Vu.       Le pillage des eaux du Pacifique La pêche illégale pratiquée par des navires de pêche vietnamiens touche aujourd’hui l’intégralité de la façade ouest de l’océan Pacifique central et occidental. En Nouvelle-Calédonie, les blue boats ont été repérés dans les eaux du Parc naturel de la mer de Corail, de la province Nord et des Îles Loyauté, notamment ces deux dernières années. Ces pêches illégales constituent un manque à gagner pour les pêcheurs calédoniens et une menace pour l’équilibre écologique des holothuries et des écosystèmes marins en général. Elles comportent également des risques de confrontations avec les professionnels locaux.   En janvier 2017, des blue boats ont été interceptés au large de Bélep. Il s’agissait de la sixième opération du genre menée par l’État en liaison avec la Nouvelle-Calédonie.    
>> Lire la suite

La simplification administrative en marche (Wed, 10 Jan 2018)
Le président du gouvernement Philippe Germain s’y était engagé dans sa déclaration de politique générale du 22 décembre 2017 : « Au fil des réformes économiques, sociales et fiscales, nous avons accumulé les règles et les procédures qui pèsent sur la compétitivité de l’économie et plus particulièrement sur nos très petites entreprises et nos artisans. Le temps est venu d’effectuer un virage à 180 ° et de faire bouger les lignes. » Sans perdre de temps, les membres du gouvernement ont adopté, le 9 janvier, les textes qui vont permettre de « faciliter la vie des acteurs économiques dans de nombreux domaines », comme l’a précisé Bernard Deladrière, membre du gouvernement chargé de la modernisation de l’administration. Simplification des dossiers Tout d’abord, pour les opérations de rachat d’entreprises ou pour les commerces de détail qui souhaitent s’étendre. Au bout de quatre ans de mise en œuvre de la loi dite « antitrust », un bilan, mené en lien avec les organisations professionnelles, a abouti à un constat unanime : les procédures sont trop longues et souvent trop compliquées. D’un dossier standard complexe à fournir pour tous les cas de figure, il est donc proposé d’adapter les démarches aux réalités des entreprises et des projets qu’elles portent. Dans certains cas, les formalités seront "ultra-simplifiées" ou "simplifiées" ce qui ramènera les délais d’instruction des dossiers de 40 à 25 jours. De même, pour l’extension des commerces de détail qui détiennent moins de 25 % des parts de marché dans leur zone de chalandise, le dossier demandé s’apparentera à une simple déclaration ramenant là-aussi la réponse de l’administration à 25 jours. Près de 60 % des dossiers instruits à ce jour par les services du gouvernement auraient pu bénéficier de cette simplification. Défiscalisation locale et TGC Le dispositif d’aide fiscale, qui a favorisé l’investissement dans des secteurs comme l’industrie de transformation, les maisons de retraite… va lui aussi connaître une accélération des procédures. « Un certain nombre d’éléments ont été délégués aux experts comptables qui attesteront du sérieux du dossier ce qui permettra à l'administration de gagner du temps », a indiqué Bernard Deladrière. Autre mesure, il a été décidé de faciliter l’accès au régime de l’entrepôt sous douane pendant la période de mise en œuvre de la TGC. Grâce à ce dispositif, les entreprises n’acquitteront pas les taxes douanières sur les marchandises qui seront importées dans les six mois précédant l’entrée en vigueur de la taxe et qui seront revendues après cette date. Ainsi, elles n’auront pas besoin d’engager les démarches pour se faire rembourser.   Infogreffe.nc et le déploiement des téléservices Au bout de deux années d’exercice de la compétence de la tenue du registre du commerce et des sociétés (RCS), transféré du Tribunal mixte de commerce aux services de la Nouvelle-Calédonie, le gouvernement a franchi une nouvelle étape dans la simplification et la modernisation des démarches administratives en lançant le site Infogreffe.nc. Ce nouveau service permet d’accéder en ligne à toute l’information légale sur les entreprises calédoniennes (extraits Kbis, comptes annuels, etc.), soit plus de 29 000 entités immatriculées au RCS. Au cours de l’année 2018, les sociétés pourront également y déposer leurs formalités obligatoires (immatriculation, modifications statutaires, etc.), évitant ainsi les déplacements et les attentes. Ce site Internet et ses téléservices associés vont avoir un impact direct sur la productivité des entreprises. Le service du RCS pourra, quant à lui, se recentrer sur son cœur de métier, à savoir le contrôle juridique réalisé sur les formalités déclaratives.    
>> Lire la suite

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Guillaume Lefèvre - 2013/2014. - à Caroline, la femme de ma vie que j'aime tant.